Design social : Les nouvelles formes de convivialité

APPEL À COMMUNICATION

École Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes

Colloque International

10-11 Avril 2014

 

L’objet de ce colloque est d’interroger les pratiques émergentes de design qui cherchent à inventer une société conviviale pour répondre aux effets de la crise mondiale.

 

Depuis quelques années et partout dans le monde, se développe en effet un design résolument « social » qui propose des alternatives au système de production et de consommation de masse, notamment à travers des projets de partage des savoirs, de mutualisation des outils, de réciprocité des échanges et des services, de transformation de l’espace public et de l’action commune.

 

Si la vocation sociale du design n’est pas nouvelle, dans la mesure où l’utopie sociale et politique a effectivement marqué le rapport du design à l’industrie depuis William Morris ; avec l’influence de la contre-culture américaine, de la critique post-marxiste et surtout des mouvements sociaux et participatifs issus de la révolution numérique, le design cherche davantage aujourd’hui à faire du social un « matériau » d’expérimentation et une « force » de transformation. Il s’agit alors d’ouvrir l’ensemble du processus de design, de la conception à la production, de l’utilisation au recyclage, à l’implication directe des individus, qui ne sont plus seulement des techniciens, des fournisseurs, des investisseurs et des usagers, mais des citoyens créateurs de leur milieu de vie et d’existence.

 

Centré sur le partage, la participation et l’autonomie, cette pratique du design à vocation sociale remet donc en question non seulement ses propres finalités, mais aussi toutes les dimensions de l’activité du designer : son métier, ses outils, ses partenaires, ses méthodes, son espace et son temps d’intervention. Il en résulte à la fois une relativisation et une extension du design, à tel point qu’il semble nécessaire de le repenser.

 

Dans cette perspective, deux axes seront plus particulièrement privilégiés durant ce colloque pour interroger aussi bien les aspects pratiques, artistiques, économiques, technologiques, éthiques et politiques, qu’implique le design social :

 

1)    Mutations sociétales, espaces en transformation : cet axe s’attache à l’étude des rapports entre le design et l’espace social selon trois dimensions :

 

–            économique (économie sociale et solidaire, décroissance, libre, slow, etc.)

–            territoriale (espace transfrontalier, reconversion industrielle, espace public et démocratie participative, wiki architecture, écologie solidaire, etc.)

–            utopique (imaginaire social, réactivation d’utopies historiques, etc.)

 

2)    Modes de production, nouvelles sociabilités : cet axe s’attache à l’étude des formes de production centrées sur l’autonomie, le partage et l’expérimentation selon trois autres dimensions :

 

–       des usages (recyclage, réparation, détournement, partage de propriété, réactivation des savoir-faire, etc.)

–       technologique (co-conception, open source, imprimantes 3D, etc.)

–       épistémologique (recherche contributive, diffusion libre du savoir, etc.)

 

 

Comité scientifique :

 

Ludovic Duhem (Philosophe, Responsable de la recherche ESAD Valenciennes, Chercheur associé laboratoire « STL » Université Lille3) ; Patrick Beaucé (Designer, ESAD Valenciennes) ; Kenneth Rabin (Artiste/Designer, ESAD Valenciennes) ; Olivier Gassies (Designer, ESAD Valenciennes) ; Sonia Criton (Directrice scientifique, ESAD Valenciennes) ; François Jégou (Désigner, Directeur de Strategic Design Scenarios, Professeur à ENSAV La Cambre, Bruxelles, Coordinateur DESIS Europe) ; Vincent PUIG (Directeur de l’IRI) ; Laurent Gardin (Sociologue, Membre du Laboratoire interdisciplinaire sur les échanges et la norme (Lien), Université de Valenciennes et du Haut Cambresis).

 

Lieu : Amphithéâtre de l’ESAD de Valenciennes.

 

Dates : 10-11 Avril 2014

 

Propositions :

 

Les personnes intéressées sont invitées à adresser une proposition (en français ou en anglais) comportant le titre et la nature de la communication (conférence magistrale, présentation de projet, etc.), ainsi qu’un résumé (1500 signes), en précisant par ailleurs la fonction et l’affiliation institutionnelle. Ajouter une courte bio-bibliographie (300 signes).

 

Les propositions sont à adresser par courriel avant le 5 Janvier 2014 à l’adresse suivante :

 

colloquedesignsocial2014@gmail.com

 

La décision sera rendue par courriel aux auteurs le 25 Janvier 2014. Les communications se feront de préférence en Français (pour les communications en anglais, le texte doit être envoyé 7 jours avant la date d’intervention pour traduction).

 

Partenaires associés :

– IRI

Envoyé par Vincent Beaubois à la liste de diffusion [Recherche-Design].

HACKERS : la fiction du virtuel

Journée d’étude organisée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Matthieu Freyheit, Université de Haute Alsace, ILLE (EA 4363)

Mulhouse, 11 avril 2014

 

De nombreux chercheurs en Humanités Numériques interrogent aujourd’hui les différentes influences des technologies liées au cyberespace sur nos usages du monde et nos rapports aux autres comme à soi. Nos pratiques de lecture ne sont pas épargnées, et le discours commun est le plus souvent alarmiste. Milad Doueihi calme cependant les esprits en scindant deux savoir-lire distincts et non exclusifs : « Lire en ligne n’est pas la même chose que lire un livre : les deux opérations sont radicalement différentes. […] la compétence numérique est une compétence autonome, qu’il ne faut pas nécessairement lier au savoir-lire de la culture imprimée et à ses institutions1». Il reste que la littérature demeure victime, dans les esprits, de cette nouvelle culture numérique, au même titre qu’un monde tout entier livré en pâture à d’étranges wizzards, cow-boys et autres brigands de grands chemins numériques : les hackers.

Yannick Chatelain et Loïck Roche2 voient dans ces figures l’avènement – parfois fantasmé – d’un cinquième pouvoir angoissant : notre monde appartient-il aux hackers ? Influences politiques, économiques, sociales et culturelles, le hacker semble capable de tout dans un monde qu’il pénètre et domine depuis l’ombre éclairante de son écran. Héros de la libération technologique, les hackers ont, sous leurs diverses formes, fait du chemin dans l’imaginaire collectif qui les saisit à son tour dans une pluralité d’objets. Leur portée littéraire reste pourtant à interroger. Ces héros immobiles ont bien leur place dans la production romanesque : de la culture cyberpunk au roman policier en passant par la littérature de jeunesse, la cyberaventure augmente peu à peu sa bibliothèque. Mais si le hacker influence notre monde et son devenir, sa mise en littérature l’influence-t-elle à son tour ? La mise en roman ou en film du hacker constitue-t-elle une tentative de reprise du pouvoir en opposant la fiction au virtuel ?

Cette journée d’étude propose de remettre l’objet fictionnel au centre du débat, et d’interroger les manières dont nous nous saisissons du hacker pour le comprendre, l’interroger, l’admirer, le craindre… Piratage, hacking, hacktivisme, cracking : comment la fiction s’empare-t-elle des visages démultipliés de ce nouvel acteur social ? À titre d’exemple, la mise en avant de héros adolescents pour une histoire adolescente mérite d’être interrogée, notamment au sein d’une littérature de jeunesse présente sur le sujet. De la même manière, les problématiques de genre questionnent les représentations masculin/féminin des usages numériques. Les motifs de la cybercriminalité, du pouvoir technologique et du risque numérique enregistrent quant à elles les terreurs virtuelles que les hackers nous imposent, tandis que ceux de la révolte et de la résistance convoquent l’idée d’une libération par le numérique. Par ailleurs, les problématiques d’identité virtuelle et de devenir-numérique interrogent la position numérique de l’individu mis en situation de développer des compétences nouvelles, et de nouvelles faiblesses. Dans un retour primitif de la proie et du chasseur, le hacker réalise une ouverture des champs de l’aventure, et impose de définir le rôle et l’agencement de la fiction dans la relation du réel au virtuel.

Littérature comparée, littérature de jeunesse, bande dessinée, cinéma, et autres : les organisateurs accueillent les propositions de tous les champs d’étude de la création fictionnelle.

Les propositions, longues d’une vingtaine de lignes environ, accompagnées d’une bibliographie indicative ainsi que d’une courte présentation bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard le 30 septembre 2013 aux deux adresses suivantes :

frédérique.toudoire@free.fr

matthieu.freyheit@gmail.com

Une publication est envisagée aux éditions Orizons.

 

1. Milad Douehi, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2011, p.50-55.

2. Yannick Chatelain, Loïck Roche, Hackers! Le cinquième pouvoir: qui sont les pirates de l’internet?, Paris, Maxima, 2002.

 

 

 

Adresse : 10 rue des Frères Lumière, 68093 Mulhouse Cedex

Images de synthèse et photographies en architecture : Réalité, réalisme, fiction ?

Images de synthèse et photographies en architecture

Réalité, réalisme, fiction ?

Mercredi 05 juin 2013 à 19h00

Peruri 88 / Vertical Jakarta, MVRDV, 2012 © RSI StudioJusqu’à un passé récent, une frontière nette séparait les représentations du projet d’architecture et celles des édifices construits : d’un côté, le dessin, et de l’autre, la photographie. Cet écart entre l’idée et la réalité tend désormais à être aboli par les technologies informatiques.
Perspectivistes ou graphistes créent des images dites « de synthèse » – à l’occasion de concours, le plus souvent – avec un degré de réalisme tel qu’il devient difficile de distinguer les bâtiments existants de leur image rêvée. De leur côté, les photographes d’architecture, effectuant les reportages des bâtiments construits, utilisent des techniques numériques qui facilitent la retouche : dès lors, comment déterminer le moment de bascule où la prise de vue, prétendant à une certaine objectivité, laisse la place à une sorte d’arrangement du réel ?

La table ronde réunira ces deux professions qui, chacune, utilisent des outils relevant du domaine de la photographie, même lorsqu’ils sont virtuels. Le point de vue de chercheurs, spécialistes de la culture visuelle et des images numériques, permettra de prendre une distance sur ces questions. La projection de ces images, rarement regardées en tant que telles, s’attachera à expliquer leur « fabrication » et à observer ce qui sépare encore les images virtuelles de celles prises « sur le motif ».  En filigrane, les unes et les autres interrogent sur les fictions et les artifices qu’il convient d’utiliser pour donner de l’architecture une vision « réaliste ».

Intervenants

Hervé Abbadie, photographe

Éric Anton
(Artefactorylab), réalisateur d’images en architecture

Luc Boegly
, photographe

Jean-François Coulais
, géographe, enseignant à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, chercheur à l’Ipraus (Institut parisien de recherche architecture urbanistique société)

André Gunthert
, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales, directeur du laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic)

Gaël Nys
(RSI Studio), perspectiviste

Marie-Madeleine Ozdoba
, architecte, chercheuse au Lhivic

Catherine Simonet
(Loukat), perspectiviste

 

Information initialement publiée sur le site de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

 

Huitième édition des ateliers de la recherche en design

Les « Ateliers de la Recherche en Design® » ont été créés par UNÎMES en décembre 2006  par Alain Findeli, Georges Schambach et Brigitte Borja de Mozota.  C’est une marque déposée de l’Université de Nîmes. Les 7 ateliers (un rythme de un par an environ) ont permis de fédérer autour de la recherche en design une équipe de chercheurs internationale francophone. Cette manifestation est unique dans les pays francophones.

Les ARD participent à la construction d’une activité de recherche dans une perspective d’échanges scientifiques disciplinaire ou pluridisciplinaire, avec d’autres disciplines connexes au design en lien avec des partenaires publics ou privés.

Elle réunit des chercheurs nationaux et internationaux, dont les domaines de compétences variées peuvent répondre efficacement aux spécificités des différents projets prospectifs sur les questions de la recherche par le design. Les rencontres de ces chercheurs permettent d’initier des projets de recherche en design.

Les objectifs visés par les « Ateliers de la Recherche en Design® » sont de :

  • mettre en relation les différents membres d’équipes de recherche pour faciliter le développement de projets coopératifs et thématiques sur et pour le design ainsi que les partenaires publics et privés,
  • favoriser les collaborations entre les acteurs du design et les chercheurs,
  • faire la promotion des recherches pluridisciplinaires et/ou finalisées sur et pour le design,
  • diffuser un répertoire des savoirs faire et des outils à disposition au niveau national et international pour faciliter la mutualisation,
  • encourager et faciliter l’implication de jeunes chercheurs dans des recherches relatives au design,
  • regrouper, diffuser les connaissances issues des recherches et travaux d’études développés par l’ensemble du corpus scientifique en cours de constitution,
  • favoriser les échanges de savoirs et de connaissances au service de la préparation à la performance, de la formation des designers, de l’aide à la décision pour les professionnels du design, etc.,
  • mobiliser les partenaires publics et privés pour encourager une stratégie de recherche sur et pour design au niveau national et international.

Les ARD ont lieu une à deux fois par an, ils sont organisés, en collaboration avec l’Université de Nîmes, par un acteur du monde francophone de la recherche en design, volontaire et différent à chaque édition.

 

Argumentaire

L’objectif de ces ARD 8 est multiple : réaliser une synthèse des sept précédentes manifestations et de dégager des axes propres à la recherche en design; questionner les rapports et les échanges entre les praticiens du design et les chercheurs, doctorants et post-doctorant pour favoriser l’innovation ; de réfléchir à l’action de la recherche en design comme vecteur d’intégration des considérations environnementales, sociales et sociétales dans les projets, et de facilitateur en termes de développement. Ces ARD 8 se dérouleront sous la forme de sessions de travail réunissant chercheurs, enseignants, entreprises, institutions, agences de design et designers.

 

Programme

Mercredi 5 juin 2013

Se retrouver, se rencontrer

16h30 – Accueil des participants

  • Emmanuel Roux (président de l’Université de Nîmes)
  • Joël Chopineau (vice-Président Recherche)
  • La Région Languedoc Roussillon
  • Le Conseil Général du Gard
  • La communauté d’agglomération Nîmes Métropole
  • La Ville de Nîmes

Introduction : « La recherche en design responsable à Nîmes » par Gaël Guilloux.

17h00

  • Table ronde « Les ARD & la recherche francophone en design »
  • Présentation : « Principaux objectifs des ARD et leur avenir » par Alain Findeli

Les ARD 6 ans après… la recherche francophone en design aujourd’hui ? Demain ?

Animateur : Alain Findeli

Organisateurs des 7 précédents ARD :

  • Alain Antoine (Nancy, juin 2007)
  • Isabelle Leblan & Stéphanie Cardoso (Bordeaux, décembre 2007)
  • Jocelyne Leboeuf (Nantes, Juin 2008)
  • Jean-François Bassereau (Tours, Décembre 2008)
  • Alain Findeli (représentant de Brigitte Borja de Mozota & Bernard Darras pour Paris 2009, Nîmes 2006)
  • Hayla Meddeb (Tunis, novembre 2011)

18h00 – La foire aux directeurs de thèse

  • Aissa Nemri présentera ses réflexions sur l’art thérapie.

18h30 Conférence « l’Open Innovation au CEA »

  • Michel Ida, Directeur de l’Innovation Ouverte au Commissariat à l’Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives.

20h30 – Pot d’accueil dînatoire

Jeudi 6 juin 2013

Se structurer, l’écosystème de la recherche en design

08h00 – Accueil

08h30 – Ateliers « La recherche en design et son écosystème »

Ateliers 1-2-3-4-5-6 : De la pratique à la recherche, de designer à doctorant

Après un parcours plus ou moins long au sein du milieu professionnel, de plus en plus de designers s’engagent dans un travail de thèse. 3 designers-doctorants et leur directeur de thèse animent chacun une session de travail sur un des axes de leur recherche. Les 6 ateliers ont lieu en parallèle, chaque participant aux ARD devra s’inscrire préalablement.

Intervenants:

  • Brigitte Auziol
  • Philippe Blanchard
  • Anna Lochard
  • Christophe Moineau
  • Marine Royer

10h30 – « Pause-santé » : café, thé, jus, viennoiseries

11h00 – Table ronde « La recherche dans la pratique du design »

L’utilisation des fruits de la recherche en design :

  • Par un designer intégré en entreprise : Gilles Rougon (EDF)
  • Par une agence de design : Yves Voglaire (Originn)
  • Dans un organisme public de promotion du design : Marie-Marguerite Gabillard (ex Directrice du CDRA), MMGdesign.

12h30 – Déjeuner

15h00

Ateliers « La recherche dans l’économie du design »

Cette série d’ateliers est réalisée en partenariat avec Aquitaine Développement Innovation et le Design Lab. Les 4 ateliers ont lieu en parallèle, chaque participant aux ARD devra s’inscrire préalablement.

Atelier 1 : Designer l’agence de demain

  • Brigitte Borja de Mozota (Université Paris Ouest)
  • Yves Voglaire (Originn)
  • Annabelle Bourrelier (FEDI)

Atelier 2 : Designer les institutions du design de demain

  • Romain Thevenet (27e Région)
  • Olivier Ryckewaert (PRI)
  • Veronique Cova (Université de Aix Marseille)

Atelier 3 : Designer le designer de demain

  • Benoît Millet (AFD)
  • Alain Findeli (Université de Nîmes)
  • Georges Schambach (Université de Nîmes)
  • Stéphane Allé (ADI)

Atelier 4 : Designer le cluster de demain

  • Gaël Guilloux (Université de Nîmes)

17h00 – « Pause-santé » : café, thé, jus, viennoiseries

17h30 – La foire aux directeurs de thèse

  • Sandra Toledo (Master Design Innovation Société, Université de Nîmes) présentera ses réflexions sur le design de service.

18h00 – « S’inspirer pour créer responsable »

  • François Jegou, Strategic Design Scénario

Vendredi 7 juin 2013

Designer au service d’un futur responsable

09h00 Accueil et présentation de la journée

6 charrettes de projets organisés autour de la responsabilité visent à mettre en œuvre le processus de design au service de la création d’un futur responsable et innovant.

Chaque Atelier comprend un animateur et un rapporteur (sélectionnés et désignés en amont du colloque), ils sont chargés :

  • de conduire et d’animer l’atelier en suivant la méthode proposée et dans le temps imparti ;
  • de coordonner les efforts des participants de l’atelier pour répondre à la commande ;
  • de préparer une synthèse et de présenter les résultats obtenus.

Les participants inscrits aux ateliers sont invités, en fonction de leur expertise, à s’associer à la préparation de l’atelier et à enrichir les futurs échanges.

Une équipe de 4 étudiants de profils différents (psychologie, design, ingénierie, droit) chargés de collecter les informations qui pourraient être nécessaires aux travaux de l’atelier.

Les ateliers feront réfléchir les acteurs de la recherche en design sur son utilisation en tant que vecteur d’intégration des considérations environnementales, sociales et sociétales dans les projets.

Animateurs et rapporteurs

  • Jean-François Bassereau (INP Tours)
  • Brigitte Borja de Mozota (Université Paris Ouest)
  • Hervé Cristoffle (Angers)
  • Véronique Cova (Université Aix-Marseille)
  • Bernard Darras (Université de Paris I)
  • Benoît Millet (EDNA)
  • Alain Findeli (Université de Nîmes)
  • Philippe Gauthier (Université de Montréal)
  • Gaël Guilloux (Université de Nîmes)
  • Nicolas Nova (Professeur, Haute Ecole d’Art et de Design de Genève)
  • Lucien Magnon (Ex directeur du master design de l’UTC)
  • Véronique Pouveret-Mure (Paysagiste)
  • Yves Rinato (Intactile)
  • Romain Thevenet (Designer, 27e région)
  • Yves Voglaire (Directeur, Originn)

Étapes

10h00 – Ateliers phase 1

  • Présentation du sujet
  • Présentation de la méthode
  • Organisation des étapes, éventuelle attribution des tâches
  • Début de la phase d’analyse

11h30 – Restitution des ateliers des doctorants

Intervenants:

  • Brigitte Auziol
  • Philippe Blanchard
  • Anna Lochard
  • Christophe Moineau
  • Marine Royer

12h30 – Déjeuner

14h30 – Ateliers phase 2

  • Créativité
  • Elaboration des axes, concepts.

17h00 – Ateliers phase 3

  • Synthèse

17h30 – Présentation générale des synthèses des ateliers

19h 30 – Fin des ARD

Tarifs d’inscription/ Registration Fees

  •  120 euros Professionnel, enseignant-chercheur / Regular rate
  •  40 euros Etudiant / Student rate
  •  Etudiant d’UNÎMES (non-payant)
  •  Invité (non-payant) / Guest (free)

Date limite d’inscription / Deadline : 22 mai 2013.

Informations 

Administratif : Service recherche vp_rechercheatunimes.fr (04 66 36 45 94)

Responsable scientifique : Gaël Guilloux gael.guillouxatunimes.fr

 

ProgrammePréliminaireARD8_040413.pdf

 

sources : http://calenda.org/246159 et http://www.unimes.fr/fr/recherche/evenements_scientifiques/colloques–seminaires–journees-d-etudes/colloques2/les-8emes-ard.html

3615 Strabic #2 – VOST, les mots à l’écran, jeudi 2 mai à 19h à la Gaîté Lyrique

Tous les mois, dans l’esprit de sa plateforme numérique, Strabic convie plusieurs acteurs, praticiens et théoriciens, professionnels et bidouilleurs, autour d’un thème commun et ouvre le débat avec le public.

Que ce soit à la télévision, au cinéma ou plus largement sur internet, les sous-titres sont partout. Leur usage semble s’être normalisé sans qu’aucune logique précise n’ait dicté leur utilisation. À l’aide d’une typographe, d’un membre de l’Association des Traducteurs / Adaptateurs de l’Audiovisuel nous aborderons les problématiques liées aux enjeux de la lecture à l’écran.

Nos invités :
Sandrine Nugue : Typographe, créatrice d’un caractère pour une lecture rapide et intuitive des sous-titres.

l’ATAA : L’Association des Traducteurs / Adaptateurs de l’Audiovisuel est une association loi 1901. Elle a été créée en juin 2006 à l’initiative d’une trentaine de traducteurs et adaptateurs de l’audiovisuel. Elle regroupe des auteurs professionnels de doublage, de sous-titrage, de sous-titrage pour sourds et malentendants et de voice-over.

 

source : http://www.gaite-lyrique.net/evenement/vost-les-mots-a-l-ecran-avec-3615-strabic