Industries de la Culture et de la Communication, Industries créatives: un grand tournant ?

Colloque international organisé par l’équipe du programme ANR « Culture, création », l’Omic et la Maison des sciences de l’homme Paris Nord

les 13, 14 et 15 mai 2013
à l’Ecole nationale supérieure Louis Lumière La Cité du Cinéma – 20, rue Ampère – 93 213 La Plaine Saint-Denis

>> attention inscription obligatoire (avant le 8 mai)

>> télécharger le programme complet (pdf)

> télécharger l’affiche (pdf)

Apparu à la fin des années 1990, le thème des industries créatives s’est depuis répandu dans les cinq continents. Ces activités sont décrites comme la solution pour résoudre les problèmes de développement économique, social, culturel, politique et même individuel, tant dans les anciens pays industriels que dans les pays émergents ou les moins avancés. À cette occasion, les industries de la culture (cinéma, audiovisuel, livre, presse et information, musique enregistrée) et de la communication (télécommunications, Web, fabrication de matériels électroniques) mais des aussi des activités tel le design, la mode, le jeu vidéo, l’artisanat d’art sont regroupées au sein d’une seule et même catégorie, les « industries créatives ». Telle est la tendance que l’on peut observer dans des discours officiels, des travaux académiques et même dans les politiques de grandes institutions internationales, gouvernements ou collectivités territoriales. Le thème des industries créatives tend depuis lors à se substituer à celui des industries culturelles. En outre, selon les promoteurs de la notion, les industries créatives constitueraient des courroies de transmission de la créativité en direction de l’ensemble de l’économie, laquelle serait alors en voie de « culturalisation », ce qui favoriserait l’émergence de l’ « économie créative ».

La notion d’industries créatives, telle qu’elle a été forgée notamment par des consultants ou experts, a déjà fait l’objet de nombreuses critiques. La volonté d’approfondir ces critiques mais aussi de construire une autre notion d’industries créatives, cette fois-ci pensée en lien avec les théories critiques des industries culturelles, a rassemblé depuis 2009 un collectif de chercheurs au sein du programme ANR « Culture, création ». L’objectif central du colloque international « Industries de la culture et de la communication, industries créatives : un grand tournant ? » est de présenter les résultats de cette recherche et d’inviter un ensemble de spécialistes étrangers et français à les discuter.
Les perspectives en termes d’industries créatives permettent-elles de penser les transformations au sein des filières industrielles concernées ainsi que les relations nouvelles qui se tissent entre elles ? Les produits incorporant de la création jouent-ils un rôle particulier, voire central, dans ces transformations ? Ce rôle justifie-t-il la référence à la notion d’industries créatives ? Les modalités de fonctionnement de ces diverses filières sont-elles en cours de rapprochement ? Ces activités industrielles, toutes plus ou moins impliquées dans des produits de création, présentent-elles suffisamment de spécificités socio-économiques communes dont pourrait rendre compte une théorie critique des industries créatives ? De même, des enjeux territoriaux, de politiques publiques ainsi que des enjeux sociétaux et idéologiques sont-ils transversaux à l’ensemble des activités placées au sein des industries créatives ? En somme, est-il justifié de considérer que des activités relevant des industries de la culture, des industries de la communication, mais aussi la mode, le design, la création publicitaire, l’architecture, etc. peuvent être regroupés au sein d’une même catégorie, les industries créatives ? Et, dans l’affirmative, quelles sont les modalités particulières d’industrialisation et de marchandisation à l’œuvre au sein de ces industries ?
L’ampleur des questionnements soulevés et, parfois, leur caractère encore peu abordé dans les travaux académiques, suppose de croiser les regards disciplinaires et les différents points de vue nationaux. Aussi, les chercheurs rassemblés dans cette manifestation, étrangers et français, appartiennent-ils à différentes disciplines, dont les sciences de la communication, l’économie, la sociologie, la gestion, la science politique, la géographie. Des responsables et décideurs publics et privés apporteront également leur contribution.
Les débats se dérouleront en quatre temps :
Genèse et déclinaisons de la notion d’industries créatives :
Seront examinées les origines politiques et théoriques des notions d’industries créatives et d’économie créative. Les liens, les complémentarités et les oppositions avec d’autres ensembles théoriques, par exemple les théories des industries culturelles ou celles de l’innovation, seront étudiés, tout comme les rapports avec des propositions qui ont été très présentes en particulier dans les discours officiels (société de l’information, société de la connaissance, etc.) Les grandes orientations politiques, économiques, culturelles et sociales liées aux notions d’industries et d’économies créatives seront aussi analysées. De même, seront au cœur des travaux de ce premier panel les déclinaisons géographiques de ces notions depuis qu’elles ont dépassé les frontières britanniques et ont été reprises par des organisations internationales, supranationales, des gouvernements, des collectivités locales, des institutions statistiques, des acteurs socio-économiques à travers le monde.
Filières industrielles et stratégies d’acteurs :
Les stratégies d’acteurs dans nombre des domaines concernés seront étudiées afin d’identifier les similitudes ou différences entre les filières, les articulations entre acteurs de filières différentes, les rapports de force nouveaux qui en découlent, la place des produits de création dans ces relations. Quelle est l’importance stratégique des produits de création et de quels mécanismes d’allocation des ressources peuvent-ils bénéficier ? Des mises en perspective contrastive pourront ainsi être produites entre, d’une part, des acteurs tel Apple, Google, Amazon, et leurs stratégies en direction des plateformes, matériels des services et, d’autre part, des acteurs en apparence moins « industrialisés », comme les acteurs des filières de l’artisanat (d’art) par exemple.
Politiques publiques : incitations, réglementations et enjeux territoriaux :
De quelles orientations de politique publique sont porteuses les notions d’industries et d’économie créatives ? Apportent-elles des changements radicaux par rapport aux politiques en direction de la culture et des industries culturelles ? Conduisent-elles à un rapprochement par rapport aux politiques industrielles générales ? Les thèmes des industries et de l’économie créatives amènent-ils à considérer sous un jour nouveau certaines questions politiques plus anciennes, en particulier la flexibilité du travail et les droits de la propriété intellectuelle ? Par ailleurs, quelles logiques territoriales accompagnent les propositions en termes d’industries créatives ? Les développements de ces industries conduisent-ils à une nouvelle division internationale du travail ? Les promesses d’ancrage territorial sont-elles effectives ? Quelles politiques de développement local se construisent-elles et comment s’y situent les unes par rapport aux autres les activités proches de la culture, du tourisme et d’autres plus proches des technologies d’information et de communication ?
Modèles en question :
Finalement quels modèles d’analyse se dessinent ? Comment repenser les modèles socio-économiques ? Une approche critique des industries créatives permet-elle de penser la diversité des dimensions (économique, politique, d’usage, culturelle) de ces activités ?
http://icrea2013.sciencesconf.org/

Journée d’étude “L’objet de l’exposition : l’architecture exposée”, 3 mai 2013, Université François-Rabelais, Tours

Cette journée d’étude, organisée par le laboratoire InTRu (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels, EA 6301) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, aura lieu le vendredi 3 mai 2013 à l’Université François-Rabelais de Tours (Amphi Jacques Roger).

Visuel JE

Présentation

Cette journée d’étude, s’inscrit dans le cadre du séminaire commun « L’objet de l’exposition » qui réunit des étudiants de master du département d’Histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et de l’ENSA Bourges.

Ce séminaire porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur), l’exposition est ainsi considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles ou des artistes.

Chaque année, « L’objet de l’exposition » se propose d’aborder ce vaste champ de recherche à travers le choix d’une thématique particulière, reprise lors d’une journée d’étude qui clôture le cycle. Après le « cinéma exposé » en 2011/12, c’est « l’architecture exposée » qui est étudiée cette année, en partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain de la région Centre et le Centre de Création Contemporaine de Tours.

Argumentaire de la journée d’étude

L’exposition d’architecture apparaît dès la Renaissance avec la création du premier musée consacré aux maquettes au Vatican. Ce jalon initial inaugure une réflexion sur cette pratique qui se poursuit, en France, dès le XVIIIème siècle avec l’ouverture du musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir (1795). Aujourd’hui, des institutions spécialisées telles que le Deutsches Architekturmuseum de Francfort ou le FRAC Centre existent toujours. Il faut également compter avec les collections que des institutions plus généralistes ont développées à ce sujet, comme le MoMA ou le Centre Pompidou. Cette histoire, déjà longue, met en lumière la permanence de l’exposition d’architecture ainsi que la diversité des institutions qui se sont emparées de cette pratique et qui se confrontent à la difficulté de sa mise en œuvre.

En effet, l’architecture s’expose à la fois sous sa forme d’objet construit et par l’intermédiaire de plusieurs modes de représentations tels que le dessin, la maquette, la photographie, le texte, le catalogue d’exposition, la scénographie, le multimédia… Cette diversité de supports se traduit par un riche éventail de solutions quant à leur mise en valeur aux yeux du grand public, souvent peu initié à cette vision de l’architecture. Ainsi, que le parti pris d’exposition soit historique, monographique ou conceptuel, il engendre un déplacement dans notre conception de l’objet qui, de prospectif, tend souvent à devenir une œuvre pouvant se suffire à elle-même. Le document d’étude change alors de statut par son introduction dans l’espace d’exposition.

Il en va de même avec l’architecte qui, à l’âge de la communication généralisée, ne semble plus pouvoir concevoir un projet sans devoir prendre en compte le besoin de visibilité de notre société. Après la revue spécialisée, on peut se demander si le musée, la galerie et le centre d’art ne lui permettent pas d’accéder à une reconnaissance nouvelle.

En effet, les étapes composant la conception d’un projet réalisable ou expérimental pouvant se matérialiser en objets esthétiques, l’architecture exposée  peut être considérée comme une démarche qui s’apparente à celle des artistes. Ces derniers étant toujours plus nombreux à travailler (sur) l’architecture et, d’une certaine façon, à contribuer à son exposition, cette situation donne lieu à un véritable effacement des frontières entre les pratiques. A partir de ces constats, on peut donc légitimement s’interroger sur la possibilité même de l’exposition d’architecture.

Cette journée d’étude sera l’occasion de revenir sur ces différentes questions, en laissant place à tous les points de vue à même d’éclairer la pratique de l’exposition d’architecture et ainsi favoriser une approche pluridisciplinaire et diachronique de cet objet d’étude.

Programme pdf

9h00 – 9h30 : Accueil des participants

L’EXPOSITION ET LE DISCOURS

9h30 : Introduction
Frédéric Herbin (InTRu, Université François-Rabelais de Tours)

9h40 : Manuel Royo (CeTHIS, Université François-Rabelais de Tours) : La « précession des simulacres » ou la maquette comme substitut d’un discours historique sur le temps urbain : l’exemple de la maquette de Paul Bigot

10h20 : Louise Pelletier (Ecole de design, Université du Québec à Montréal) : Montréal : l’exposition d’architecture en mutation

11h00 : Pause

11h10 : Stéphanie Dadour (ACS, ENSA Paris-Malaquais), Léa-Catherine Szacka (LabEx Création, Arts et Patrimoine) : L’exposition comme vecteur de changement de paradigme : le cas de la Biennale d’architecture de Venise (1980) et de l’exposition House Rules (1994)

11h50 : Chloé Vachia (CeTHIS, Université François-Rabelais de Tours) : Les « objets » exposés à la Mostra Augustea della Romanità (Rome, 1937) : « bilan » et « spectacle » au prisme du fascisme

12h30 : Pause déjeuner

L’EXPOSITION ET LE STATUT DES OBJETS

14h30 : Pierre Chabard (ENSA Paris-La-Villette) : Ce que l’exposition fait à l’architecture : le cas du CCI dans les années 1980

15h10 : Tony Côme (LARHRA, Université Pierre-Mendès-France Grenoble II) : Objets d’architectes. De Castelli à Alessi, exposer à tout prix

15h50 : Pause

16h00 : Caroline Bougourd (LETA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : La maison préfabriquée : un objet idéal à exposer ?

16h40 : Marie Civil (Université Paris-Sorbonne, Université de Picardie Jules Verne) : L’architecture, un chef-d’oeuvre ? Le cas de l’exposition « Chefs-d’oeuvre » présentée au Centre Pompidou-Metz

17h20 : Perspective
Lucy Hofbauer (FRAC Centre) : ArchiLab, une expérimentation multiscalaire de l’objet

Informations

Organisation :
Frédéric Herbin (InTRu – Université François Rabelais de Tours) • Hervé Trioreau (École Nationale Supérieure d’Art de Bourges)

Étudiants de l’option médiation culturelle et pratiques curatoriales de l’Université de Tours :
Émilie Chrétien, Fiona Lefrère, Margaux Olivieri, Cyndie Riou-Tuillier, Claire Tahhane.

Étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges :
Tiphaine Calmettes, Nathan Cheriki, Solène Chesnais, Marine Feuillerat, Marguerite Pierronnet, Christèle Selliez-Vandernotte, Jérôme Valton.

Contact :
l-architecture-exposee@ensa-bourges.fr

Information :

http://intru.hypotheses.org

http://www.ensa-bourges.fr

Billet initialement publié sur : http://intru.hypotheses.org/1538