Les images de la science: conférences dessinées

« Aborder les images de la science passe nécessairement par l’étude des représentations que les scientifiques se donnent depuis toujours pour produire leurs savoirs. Mais il s’agit aussi de porter un regard neuf sur les images que les sciences ont d’elles-m.mes, celles qu’elles nous donnent . voir, ou encore celles qu’elles refoulent. »

Hier soir dans la petite salle au -1 du centre Georges Pompidou s’est tenu une série de conférences dessinées à l’occasion de la sortie du numéro 8 de la revue POLI – Politique de l’image.

Ce numéro, consacrée à l’image de la science, regroupe des interventions de chercheurs d’horizons divers mais tous prêtent une attention particulière à  la culture scientifique, à sa construction et à ses développements médiatiques et techniques.

Comment interroger l’image, ou l’imagerie scientifique?

Quels sont les enjeux de la représentation dans les sciences sociales?

Les trois tables rondes qui se sont tenues hier, rassemblant certains intervenants ayant contribué au numéro, mais pas seulement, avaient pour but de proposer des débats avec le public sur ces questions.

La première, animée par Laurence Bordenave, microbiologiste, médiatrice scientifique et fondatrice du collectif Stilumi et Charlotte Bigg, Historienne des sciences chargée de recherche au CNRS et enseignante à l’EHESS, portait sur la médiation scientifique par les images.

Site sur lequel on peut voir des photographies d’un atelier du collectif Stimuli:

http://www.festival-blogs-bd.com/2012/10/collectif-stimuli.html

Page Facebook de l’association:

https://www.facebook.com/lecollectifStimuli

La seconde portait sur la data-visualisation et la production d’images par les scientifiques. Les intervenants, Maxime Boidy, doctorant en sociologie à l’université de Strasbourg et co-directeur du numéro, et Antonio Casili, maître de conférence en Digital Humanities à Télécom Paris Tech et chercheur au Centre Edgar Morin (IIAC, EHESS), ont particulièrement insisté sur la place donnée au chercheur dans les médias, à la tension existant entre la dimension économique de la recherche et la figure de l' »expert ».

Et la troisième finalement réunissait tous les invités autour d’une discussion plus large des Visual Studies dans les sciences.

La particularité de cette manifestation était qu’en parallèle des tables rondes, modérées par Marion Coville, doctorante en études culturelles à Paris 1, était qu’elles étaient « dessinées » simultanément par un illustrateur, Nicolas André, qui se jouait, interprétait, et apportait un éclairage graphique complémentaire et original aux débats. Nicolas André a également produit un certain nombre d’illustrations dans le numéro de la revue.

andre_POLI_p1Wt

INCERTITUDE – une série d’images réalisées par Nicolas André d’après les textes de Laurence Bordenave pour la revue POLI, numéro 8 « Les Images de la science » – février 2014 -Paris

Site de Nicolas André:

http://www.nicolas-andre.com/215/

 

 

 

 

 

 

Le numéro 8 de la revue POLI – Politique de l’image est disponible à la librairie du centre Georges Pompidou et dans de nombreux points de vente mais peut également se commander en ligne:

http://polirevue.wordpress.com/

 

 

 

Musée du Quai Branly – Colloque « Des êtres vivants et des artefacts. L’imbrication des processus vitaux et des processus techniques. »

MERCREDI 9 ET JEUDI 10 AVRIL 2014

Colloque organisé par la Fondation Fyssen, le Laboratoire d’anthropologie sociale, le CNRS – Collège de France et le musée du quai Branly, Perig Pitrou (CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale), Laura Rival (Oxford), Ludovic Coupaye (University College London)

En  dépit  des  différences  existant  entre  les  êtres  vivants  et  les  artefacts,  il  est fréquent que les sociétés humaines tentent d’expliquer certains processus vitaux – tels que la croissance, la reproduction, l’animation – à travers les analogies qu’ils présentent avec les processus techniques, comme on l’observe par exemple dans les mythes  de  création.  Par-delà  ces  ressemblances,  il  est  surtout  intéressant  de constater  que  ces  processus  s’imbriquent  de  diverses  manières  selon  que  l’on observe les activités agricoles, horticoles ou pastorales, l’incorporation d’artefacts (greffes, ornements), la transformation, rituelle ou non, d’êtres vivants en artefacts ou encore le biomimétisme. La pluralité des actions, de fabrication ou de domestication, grâce auxquelles les humains exercent leur pouvoir sur le vivant renvoie ainsi à des conceptions de la vie qui varient selon les champs de la pratique, les   époques   ou   les   cultures.   À   travers   une   approche   pluridisciplinaire   et comparatiste portant à la fois sur des sociétés occidentales et non-occidentales, ce colloque international propose aux participants de commencer à explorer cette multiplicité.

Waapi Saaki Nyamikum 16.06.03 © Ludovic Coupaye - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Fluorescent bunny© Eduardo Kac
 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Waapi Saaki Nyamikum 16.06.03 © Ludovic Coupaye
 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Cern collider © Sophie Houdart
 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Depot ceremoniel Sierra Mixe Oaxaca© Perig Pitrou

INFORMATIONS PRATIQUES

  • 9h30 – 18h30
  • salle de cinéma
  • accès libre dans la limite des places disponibles

Consulter et télécharger le programme du colloque sur le site du Musée:

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/manifestations-scientifiques/colloques-et-symposiums.html

Call for Papers, Final Symposium of the ADAM project

 cropped-logo-blog-adam2.jpg

« Reclaiming the Internet » with distributed architectures: rights, technologies, practices, innovation

October 2-3, 2014, MINES ParisTech (Paris, France)

The research program ADAM (Distributed Architectures and Multimedia Applications, adam.hypotheses.org) (1) studies the technical, political, social, socio-cultural and legal implications of distributed network architectures. This term indicates a type of network bearing several features: a network made of multiple computing units, capable to achieve its objective by sharing resources and tasks, able to tolerate the failure of individual nodes and thus not subjected to single points of failure, and able to scale flexibly. Beyond this simplified operational definition, the choice, by developers and engineers of Internet-based services, to develop these architectures instead of today’s widespread centralized models, has several implications for the daily use of online services and for the rights of Internet users.

The final symposium of the ADAM project, open to disciplines as varied as science and technology studies, information and communication sciences, economics, law and network engineering, aims at investigating these implications in terms of a central issue. With the increasingly evident centralization of the Internet and the surveillance excesses it appears to allow, what are the place and the role of the (re-) decentralisation of networks’ technical architectures – at a time when infringements upon privacy and pervasive surveillance practices are often embedded in these architectures? Are distribution and decentralization of network architectures the ways, as Philippe Aigrain suggests (2), to “reclaim” Internet services – instruments of ‘technical governance’ able to reconnect with the original organisation of cyberspace?

Papers presented at the symposium may focus on one or more of the following four axes, although we welcome proposals that do not fully subscribe to them.

  • Back to the origins”? Past and present of distributed architectures. The initial Internet model called for a decentralised and symmetrical organisation – in terms of bandwidth usage, but also of contacts, user relations and machine-to-machine communication. In the 1990s, the commercial explosion of the Internet brings about important changes, exposing the shortcomings – for the network’s usability and its very functioning – of a model presupposing the active cooperation of all network members. Today, in a world of Internet services where fluxes and data converge towards a few giants, experimentations with distributed architectures are seen as a “return to the origins”. But is it really about the dominance of an organizational principle at different times in history – or is there a co-existence of different levels of resource centralisation, hierarchy of powers, and cooperation among Internet users over time? Are we indeed witnessing a “war of the worlds” of which the recent tensions around surveillance are the most recent illustration?
  • (Re-) decentralisation, a sustainable alternative for the Internet ‘ecology’? The technical features of distributed architectures (direct connections, resistance to failure) and their ability to support the emergence of organisational, social and legal principles (privacy, security, recognition of rights) offer new paths of exploration and preservation of the Internet’s balance. At the same time, the road towards decentralisation is far from linear. The users behind the P2P nodes can assemble in collectives that are very varied in nature, complexity and underlying motivations. This variety may be dependent upon modes of aggregation, visibility devices, types of communication tools and envisaged business models (as well as the difficulty of identifying sustainable ones). Having programmed the infrastructures with the idea that the most part of users’ online activities consist in downloading data and information from clusters of servers, network access providers raise economic objections to P2P models. Finally, developers-turned-entrepreneurs themselves often need to revisit the choice of decentralisation, because of unexpected user practices, the impossibility of making distributed technology “easy” for the public, or the seductive simplicity of centralized infrastructures and economic models.
  • Decentralisation and distribution of skills, rights, control. How does distributed architecture redefine user skills, rights, capacities to control? How can law support user practices and their diversity, instead of countering them? The decentralisation of Internet services raises several issues at the crossroads of law and technology. What are the differences if compared to centralized architectures, non-modifiable by users, where data are stored on clusters of servers exclusively controlled by service providers? From the viewpoint of user empowerment, what are the consequences of introducing encryption, file fragmentation, sharing of disk space in the technical architecture? While “first-generation” P2P networks have affected copyright first and foremost, decentralised Internet-based service prompt us to investigate issues like the redefinition of notions such as creator and distributor, the responsibility of technical intermediaries, the ‘embeddedness’ of law into technical devices.
  • What are the communicational models at stake in decentralised infrastructures and architectures? Distributed Internet services have transformed and transform today the ways in which actors make sense of their communicational capacities and their responsibilities in information sharing. User empowerment, prompted by several P2P services – increasingly mobile, self-configurable and flexible – open innovative perspectives for infrastructures of communication, their functions and their mediation capacities among actors. In what ways does this evolution transform data and communication channels? What are the representations of the values subtending these architectures and the relations among their participants, vis-à-vis other Internet services, but also within the spheres of conception, discussion and circulation of these objects? What are the new forms of contribution and what do they enable in terms of pedagogical practices and shared literacies? Finally, in which ways do distributed infrastructures relate to the notion of ‘informational common good’?

We invite paper proposals in French and/or English, in the form of a 500 to 800 word abstract sent to the address francesca.musiani@mines-paristech.fr. Key dates:

  • Deadline for the sending of abstracts: May 15, 2014
  • Notifications of acceptance sent by the Program Committee: June 6, 2014
  • Deadline for full papers: September 15, 2014
  • ADAM final symposium: October 2-3, 2014

We envisage a collective publication originating from the conference and are looking into different possibilities (edited book or special issue of a journal).

 

ADAM Project Team and Program Committee of the Symposium

Maya Bacache, Département SES, Télécom ParisTech

Danièle Bourcier, CERSA, CNRS

Primavera De Filippi, CERSA, CNRS

Isabelle Demeure, INFRES, Télécom ParisTech

Mélanie Dulong de Rosnay, ISCC, CNRS

Annie Gentès, CoDesign Lab, Télécom ParisTech

François Huguet, CoDesign Lab, Télécom ParisTech

Alexandre Mallard, CSI, MINES ParisTech

Cécile Méadel, CSI, MINES ParisTech

Francesca Musiani, CSI, MINES ParisTech

(1)  Funded by the French National Agency for Research (ANR), CONTINT (Contents and Interactions) Programme

(2)  Aigrain, P. (2010). “Declouding Freedom: Reclaiming Servers, Services and Data.” In 2020 FLOSS Roadmap (2010 Version/3rd Edition), https://flossroadmap.co-ment.com/text/NUFVxf6wwK2/view/

Andrew Feenberg : Pour une théorie critique de la technique

Nous vous signalons la parution du livre d’Andrew Feenberg : Pour une théorie critique de la technique aux éditions Lux, collection Humanités, avril 2004.

Andrew Feenberg présentera et discutera cet ouvrage vendredi 4 avril 2014 de 17h à 19 h à l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Salle U-V (DMA).

Andrew Feenberg est l’un des principaux philosophes de la technique aujourd’hui en Amérique du Nord. Il y poursuit la tradition de l’École de Francfort et de Marcuse, mais aussi celle de Heidegger. Après avoir enseigné aux États-Unis et ailleurs dans le monde, il est aujourd’hui « Canada Research Chair in Philosophy of Technology » à la Simon Fraser Uni- versity (Vancouver, Canada) et directeur de programme au Collège International de Philosophie.

Rencontre organisée par l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires (Ens) & le laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain (LASCO. Université Paris Descartes / Institut Mines-Télécom).

Cette présentation sera suivie d’une séance de signatures à quelques pas de l’ENS (à partir de 19h) : au Bistrot 77 : 77 rue Claude Bernard.

Premières missions du réseau

Les journées doctorales ont pour vocation de créer une série de rendez-vous scientifiques qui constitueront autant de pivots des activités de l’association pluridisciplinaire « Design en recherche » : réseau de jeunes chercheur-e-s en design. Elles sont destinées à structurer ses activités scientifiques et à constituer une série d’événements identifiés autour desquels pourront se réunir périodiquement l’ensemble des chercheur-e-s intéressé-e-s par nos thématiques.

Afin de créer les conditions d’un dialogue élargi, chaque journée sera centrée sur l’examen d’un concept ou d’un groupe de concepts apparaissant de manière transversale dans un grand nombre de recherches. Des chercheur-e-s plus confirmé-e-s pourront également venir, sur notre invitation, discuter ces présentations ou exposer leurs travaux en lien avec le sujet retenu ainsi que des praticiens du design non académiques. Chaque séance comprendra un temps de discussion collective destiné à approfondir la réflexion sous la forme d’un atelier où chacun pourra faire le lien entre les outils théoriques considérés et son propre travail empirique. Aussi, nous nous engageons à publier des comptes rendus de chaque journée doctorale sur notre carnet hypothèses, auquel nous vous invitons à vous abonner. Ces journées seront donc l’occasion de confronter les différentes approches disciplinaires, les méthodes d’enquête et les cadres théoriques que nous mettons en œuvre afin de parvenir à une meilleure connaissance des processus en jeu dans les recherches sur le design. Étant donné que la culture du design se fonde sur la conviction que les formes influent sur les contenus, une attention particulière sera également portée sur les formes de déroulement et restitution des journées, comme par exemple l’utilisation d’outils numériques pertinents et de formes de communication visuelle adaptées à la nature des échanges.

 

Pour les années 2014 et 2015, le pré-programme suivant a été établi :

– Journée d’étude intitulée : « Faut-il rédiger les méthodes de la recherche en design ? » aura lieu en septembre 2014 à L’ENSCI – Les Ateliers, salle Richard Lenoir.

Cette séance sera coordonnée par Robin de Mourat (Université Rennes 2), Ioana Ocnarescu (École Nationale Supérieure des Arts et Métiers ParisTech & Strate), Anne-Lyse Renon (EHESS, CNRS), Marine Royer (EHESS, ENSCI-Les Ateliers).

Invité: Alain Findeli (Université de Nîmes)

En raison de leurs nombreuses affiliations culturelles et disciplinaires, les méthodes et méthodologies convoquées par la recherche en design sont particulièrement riches et controversées. Que nous apprend cette diversité sur la multiplicité des connaissances produites par la recherche en design ? Cette dernière est-elle condamnée à importer des méthodologies issues d’autres disciplines ou peut-elle prétendre à une spécificité intrinsèque ? Le propre d’une recherche en design n’est-il pas aussi de faire preuve d’une forme « d’invention » méthodologique ?

– Journée d’étude intitulée : « Designers et Architectes : le projet comme expertise partagée » aura lieu en janvier 2015 (lieu à définir)

Cette Journée d’étude sera coordonnée par Olympe Rabaté (Doctorante – Université Paris 1), Caroline Bougourd (Doctorante – Université Paris 1) et Emeric Lambert (co-directeur de l’agence PARC Architectes – Enseignant à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles).

Design et architecture sont deux disciplines dont les praticiens se connaissent bien, mais se comprennent mal et se côtoient trop peu. Ces disciplines ont pourtant en commun une activité fondamentale, celle de donner forme à des projets.

Si l’époque moderne fut celle d’un va-et-vient permanent (les architectes étant souvent designers et vice-versa), l’époque contemporaine est marquée par une mise en concurrence de ces deux disciplines, qui semble nuire aux deux parties. Cette journée aura pour objectif de faire dialoguer des praticiens et des théoriciens de ces deux champs disciplinaires pour comprendre les raisons et les conséquences d’un tel éloignement. Cette journée permettra aussi d’esquisser les enjeux de la notion même de projet, théorisée par les sciences du management qui l’assignent à l’efficacité et à la rationalité des processus de travail ; alors que les disciplines créatives revendiquent son essence itérative et fondamentalement empirique.

– Journée d’étude intitulée : « Enseigner le design graphique » aura lieu en mai 2015 (lieu envisagé : Campus Fonderie de l’Image, Bagnolet).

Séance coordonnée par Anthony Masure (Université Paris 1), Anne-Lyse Renon (EHESS, CNRS) et Thiago Maximo (Paris 8).

Depuis la création du Bauhaus en 1919 par Walter Gropius, l’enseignement du design pose des problèmes qui lui sont propres, entre art et industrie. Dans le même temps, il rejoue des enjeux plus anciens autour du développement de la créativité ou de la maîtrise technique. Alors que la culture anglo-saxonne distingue plusieurs types de design, peut-on considérer que ces catégories engendrent des débats spécifiques ? Le design graphique possède-t-il des caractéristiques qui font que son enseignement diffère des autres champs ? Cette journée d’études sera l’occasion de revenir sur l’histoire d’institutions clés, et de regarder en face des pratiques émergentes et prospectives, étant entendu que les poussées techniques contemporaines déplacent les modalités pédagogiques. Le travail du signe dans la diversité des écrans, des plans et des espaces nécessite-t-il d’inventer de nouvelles formes d’enseignement ?

Design et imaginaire #DiM

Colloque interdisciplinaire et interprofessionnel, Université de Nîmes et Université PaulValéry, Montpellier 3, sous la direction de Stéphane Vial et Fabio La Rocca (dim.unimes.fr)

Présentation

Le design est une pensée de l’anticipation. lI a des vues sur l’avenir. Pour le designer, « le monde est à parfaire, il est un projet et non seulement un objet qu’il faut décrire, dont il faut expliquer les causes ou comprendre le sens » (Alain Findeli). Il s’agit de « changer une situation existante en une situation préférée » (Herbert A. Simon). Cela implique une vision complète, un plan, une pensée. Le designer contemporain est un penseur, comme tend à le signifier l’expression actuelle de design thinking. Sauf que, pour repenser le monde, pour réinventer le présent, pour actualiser le futur, il faut être capable d’imaginer. Le designer est un être qui a des idées autant qu’il a des rêves. Il se nourrit de l’esprit du temps, de mythes, d’utopies, et il cherche à engendrer de nouvelles sensibilités, de nouveaux récits, de nouveaux scénarios de vie. Nul mieux que lui sait que « l’imaginaire est plus réel que le réel » (Gilbert Durand) puisque c’est ce qui doit advenir. Si l’imaginaire n’est rien d’autre que l’ensemble des images et des représentations collectives incorporées dans nos habitudes, nos objets, notre quotidien, alors le designer est peut-être un travailleur de l’imaginaire. Il conçoit à partir de son imaginaire propre autant qu’il essaie de remodeler les imaginaires autour de lui. Quels sont les grands imaginaires contemporains susceptibles d’inspirer le design ? Comment se présente l’imaginaire du concepteur en design ? Existe t il un design de l’imaginaire ?

Table ronde n°1 — Des imaginaires pour le design

Quels sont les grands imaginaires contemporains susceptibles d’inspirer le design aujourd’hui ? Comment le design se représente-t-il l’imaginaire de notre époque ? Quelle connaissance a-t-il des imaginaires à l’oeuvre chez les usagers ? Existe-t-il un imaginaire de l’innovation ? etc.

Table ronde n°2 — L’imaginaire du designer

Comment se présente l’imaginaire du concepteur en design ? Les imaginaires à l’oeuvre chez le designer. Fantasmes, croyances, mythologies de concepteur. Préjugés et préconceptions de designer. L’héroïsme en design, la figure du démiurge. La fantasmatique de l’inspiration, la dramaturgie du talent, etc.

Table ronde n°3 — Le design de l’imaginaire

Et si l’objet du design n’était pas de concevoir des objets mais des imaginaires ? Comment le designer peut-il travailler sur les imaginaires ? Quel serait le sens d’un design de l’imaginaire ? etc. Une priorité sera donnée ici

aux communications étayées sur des projets de design, réalisés ou non.

Appel à communications : date limite 16 juin 2014

#DiM est un colloque interdisciplinaire et interprofessionnel ouvert à la fois aux chercheurs en design de toutes les disciplines et aux professionnels du design de tous les secteurs. Dans une logique d’innovation académique, il est conçu à la fois comme un colloque scientifique et comme un événement culturel et créatif ouvert sur la ville et les publics. C’est pourquoi il a lieu pendant la Fête de la science 2014 à Carré d’Art, à Nîmes, en partenariat avec le Labo2 Laboratoire des usages de Carré d’Art Bibliothèque.

Dans cet esprit, nous recherchons des contributions de haut niveau scientifique qui possèdent en même temps un haut degré de clarté et d’accessibilité, loin des effets de jargon. Nous attendons des propositions et des présentations dont le titre est attractif et dont l’idée centrale est présentée de manière efficace et lumineuse. La participation des doctorants et des jeunes chercheurs est vivement souhaitée.

Deux types de soumissions sont acceptées, communication orale (A) ou poster (B).

A. Soumettre une proposition de communication orale

Date limite : 16 juin 2014 à 23h59 (heure de Paris).

Une communication orale est une intervention de 15 minutes au sein d’une table ronde : ce format d’intervention convient aussi bien aux chercheurs et jeunes chercheurs issus du monde académique qu’aux professionnels en exercice ayant une pratique de designerschercheurs.

D’une longueur maximale de 1500 signes, en langue française uniquement, les propositions sont à soumettre par voie électronique via le formulaire en ligne suivant : http://goo.gl/H08YQV

Toutes les propositions soumises dans les délais seront évaluées par le comité : 3 communications par table ronde seront retenues, soit en tout 9 communications orales sélectionnées. Critères d’appréciation : qualité scientifique et adéquation avec la thématique du colloque ; clarté et accessibilité du propos. Le programme inclura également des conférenciers invités.

B. Soumettre une proposition de poster

Date limite : 16 juin 2014 à 23h59 (heure de Paris).

Un poster est une affiche imprimée au format A0 mêlant des éléments visuels et textuels et destinée à présenter une recherche en design ou un projet de design : ce format convient particulièrement aux jeunes chercheurs, aux doctorants, aux étudiants en Master ou aux professionnels en exercice.

Les propositions de poster sont à soumettre par voie électronique en 2 étapes :

1. Remplir le formulaire en ligne suivant : http://goo.gl/H08YQV

2. Envoyer un prototype au format A4 en un seul fichier PDF à l’adresse : design.et.imaginaire@gmail.com

Seules les propositions de poster respectant ces 2 étapes seront examinées. Critères d’appréciation : adéquation avec la thématique du colloque ; clarté et lisibilité, capacité à vulgariser, équilibre visuel/textuel, design graphique.

Responsables du colloque

Stéphane Vial (Université de Nîmes / Institut ACTE UMR 8218, équipe Semiotics, groupe PROJEKT)

Fabio La Rocca (Université PaulValéry Montpellier 3 / IRSACRI)

Comité d’organisation

Brigitte Auziol (Université de Nîmes)

Marianne Celka (Université PaulValéry Montpellier 3)

MarieJosé Latour (Carré d’Art Bibliothèque)

Eva Rolim (Université de Nîmes)

Georges Schambach (Université de Nîmes)

Alexandre Simonet (Carré d’Art Bibliothèque, Labo2)

Vincenzo Susca (Université PaulValéry Montpellier 3)

Didier Travier (Carré d’Art Bibliothèque, Labo2)

Bertrand Vidal (Université PaulValéry Montpellier 3)

Comité scientifique

Bernard Darras (Université Paris 1 PanthéonSorbonne / France)

Alain Findeli (Université de Nîmes / France)

Patrick Tacussel (Université PaulValéry Montpellier 3 / France)

Philippe Gauthier (Université de Montréal / Québec)

Lysianne LéchotHirt (Haute École d’Art et de Design de Genève / Suisse)

André Lemos (Universidade Federal da Bahia / Brésil)

Edgar Morin (Centre Edgar MorinIIAC / EHESS / CNRS / France)

Federico Casalegno (MIT Mobile Experience Laboratory / ÉtatsUnis)

Mots clés

Design, objet, quotidien, imaginaire, image, fantasme, croyance, mythe, représentation, fiction, storytelling, design fiction, cultures numériques, design numérique, design social, sociologie de l’imaginaire, phénoménologie du quotidien, psychologie sociale, psychologie du design, design thinking.

Publication

Ce colloque s’inscrivant dans une logique d’innovation académique, nous n’envisageons pas de publier des actes, dont l’expérience montre qu’il s’agit d’un format éditorial en cours d’obsolescence. En revanche, nous projetons de concevoir et d’éditer un livremédia intitulé Design et imaginaire en écho à l’événement.

Contact

Nous écrire à : design.et.imaginaire@gmail.com

Site Web du colloque : http://dim.unimes.fr

DiM – AAC