“Contribution du design à la production des savoirs scientifiques”

Journée d’étude le jeudi 19 décembre 2013

Buckminster Fuller, Time magazine, 1964

“Dans l’esprit de Fuller, le designer compréhensif ne serait pas un spécialiste de plus, mais se tiendrait en dehors des laboratoires de la science et de l’industrie, traitant l’information qui y est produite, observant les technologies développées et convertissant l’ensemble en outils dédiés au bonheurs humain” (1)

En quoi les technologies du numérique permettent une nouvelle forme de fabrication/dissémination des résultats de la recherche ? L’intuition qui sous-tend cette journée d’étude est que le design, expression protéiforme, souvent détournée ou incomprise (le design : de la décoration, de l’ingénierie?) pourrait contribuer à l’utilisation d’outils numériques dans la démarche scientifique. Dès lors, dans quelle mesure les savoirs-être, méthodologies et outils du designer peuvent lui permettre de collaborer avec le chercheur, tant pendant le temps de la recherche, que pour la diffusion de cette recherche ? Tentons une contribution croisée du design, des sciences et de l’informatique afin de répondre à cette question.

Les invités de cette journée d’étude, designers, chercheurs et médiateurs tenteront de répondre à ces questions aux travers d’apports théoriques et présentations de projets.

La journée est co-organisée par le Master Architecture de l’Information, le Labo Junior Nhumérisme de l’ENS de Lyon et MutEC.

Programme de la journée
 
9h30 : Ouverture par les étudiants du Master Architecture de l’information et Cécile Armand du Labo Nhumérisme
 
10h00 : Mise en perspective historique de la collaboration designer/chercheur
Annick Lantenois, historienne et théoricienne du design graphique, ESAD Grenoble-Valence
 
11h00 : Présentation des ambitions et des projets de l’unité de recherche “Il n’y a pas de savoirs sans transmission. Contributions du design graphique”
Gilles Rouffineau, écrivain, ESAD Grenoble-Valence
Alexis Chazard, artiste, ESAD Grenoble-Valence
Annick Lantenois, historienne et théoricienne du design graphique, ESAD Grenoble-Valence
 
12h30 : Déjeuner à l’ENS de Lyon
 
14h00 : Application et interface numérique dans la biologie
Aurélien Tabard, Université Lyon 1
 
14h45 : Présentation du projet AIME
Paul Girard, ingénieur généraliste des technologies numériques, médialab de SciencePo
Pierre Jullian de la Fuente, ingénieur généraliste des technologies numériques, médialab de SciencePo
 
16h00 – 17h30 : Table ronde sur la relation designer/chercheur dans la visualisation de données
Animation et présentation :
Robin De Mourat, designer/doctorant, Université Rennes 2
Discutants :
Nicolas Thély, Université Rennes 2, esthétique des données
Anthony Masure, designer/doctorant, Lycée Jacques Prévert, Boulogne (BTS Multimédia)
Paul Girard, ingénieur des technologies numériques au médialab de SciencePo
Pablo Jensen, physicien spécialiste des réseaux sociaux, ENS de Lyon, Directeur de l’IXXI
 
Les titres des présentations sont provisoires.
 
“Contribution du design à la production des savoirs scientifiques”
Date et horaires : le jeudi 19 décembre 2013 de 9h30 à 17h30
Lieu : Salle de réunion N°1 à l’Institut français de l’Éducation,
15 parvis René-Descartes
69007 Lyon
M° Debourg
 
Contact : camille.leblond@ens-lyon.fr
 
 

(1) Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, C&F éditions, 2012 

 

HACKERS : la fiction du virtuel

Journée d’étude organisée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Matthieu Freyheit, Université de Haute Alsace, ILLE (EA 4363)

Mulhouse, 11 avril 2014

 

De nombreux chercheurs en Humanités Numériques interrogent aujourd’hui les différentes influences des technologies liées au cyberespace sur nos usages du monde et nos rapports aux autres comme à soi. Nos pratiques de lecture ne sont pas épargnées, et le discours commun est le plus souvent alarmiste. Milad Doueihi calme cependant les esprits en scindant deux savoir-lire distincts et non exclusifs : « Lire en ligne n’est pas la même chose que lire un livre : les deux opérations sont radicalement différentes. […] la compétence numérique est une compétence autonome, qu’il ne faut pas nécessairement lier au savoir-lire de la culture imprimée et à ses institutions1». Il reste que la littérature demeure victime, dans les esprits, de cette nouvelle culture numérique, au même titre qu’un monde tout entier livré en pâture à d’étranges wizzards, cow-boys et autres brigands de grands chemins numériques : les hackers.

Yannick Chatelain et Loïck Roche2 voient dans ces figures l’avènement – parfois fantasmé – d’un cinquième pouvoir angoissant : notre monde appartient-il aux hackers ? Influences politiques, économiques, sociales et culturelles, le hacker semble capable de tout dans un monde qu’il pénètre et domine depuis l’ombre éclairante de son écran. Héros de la libération technologique, les hackers ont, sous leurs diverses formes, fait du chemin dans l’imaginaire collectif qui les saisit à son tour dans une pluralité d’objets. Leur portée littéraire reste pourtant à interroger. Ces héros immobiles ont bien leur place dans la production romanesque : de la culture cyberpunk au roman policier en passant par la littérature de jeunesse, la cyberaventure augmente peu à peu sa bibliothèque. Mais si le hacker influence notre monde et son devenir, sa mise en littérature l’influence-t-elle à son tour ? La mise en roman ou en film du hacker constitue-t-elle une tentative de reprise du pouvoir en opposant la fiction au virtuel ?

Cette journée d’étude propose de remettre l’objet fictionnel au centre du débat, et d’interroger les manières dont nous nous saisissons du hacker pour le comprendre, l’interroger, l’admirer, le craindre… Piratage, hacking, hacktivisme, cracking : comment la fiction s’empare-t-elle des visages démultipliés de ce nouvel acteur social ? À titre d’exemple, la mise en avant de héros adolescents pour une histoire adolescente mérite d’être interrogée, notamment au sein d’une littérature de jeunesse présente sur le sujet. De la même manière, les problématiques de genre questionnent les représentations masculin/féminin des usages numériques. Les motifs de la cybercriminalité, du pouvoir technologique et du risque numérique enregistrent quant à elles les terreurs virtuelles que les hackers nous imposent, tandis que ceux de la révolte et de la résistance convoquent l’idée d’une libération par le numérique. Par ailleurs, les problématiques d’identité virtuelle et de devenir-numérique interrogent la position numérique de l’individu mis en situation de développer des compétences nouvelles, et de nouvelles faiblesses. Dans un retour primitif de la proie et du chasseur, le hacker réalise une ouverture des champs de l’aventure, et impose de définir le rôle et l’agencement de la fiction dans la relation du réel au virtuel.

Littérature comparée, littérature de jeunesse, bande dessinée, cinéma, et autres : les organisateurs accueillent les propositions de tous les champs d’étude de la création fictionnelle.

Les propositions, longues d’une vingtaine de lignes environ, accompagnées d’une bibliographie indicative ainsi que d’une courte présentation bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard le 30 septembre 2013 aux deux adresses suivantes :

frédérique.toudoire@free.fr

matthieu.freyheit@gmail.com

Une publication est envisagée aux éditions Orizons.

 

1. Milad Douehi, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2011, p.50-55.

2. Yannick Chatelain, Loïck Roche, Hackers! Le cinquième pouvoir: qui sont les pirates de l’internet?, Paris, Maxima, 2002.

 

 

 

Adresse : 10 rue des Frères Lumière, 68093 Mulhouse Cedex

Manifestement

Toute sorte de mise en exposition peut engendrer les plus diverses occasions, rencontres.

Ma toute récente association à ce groupe de jeunes chercheurs, que je méconnaissais jusqu’alors, a été créée par la manifestation de mon point de vue sur la recherche en design, à travers la publication d’un :

« Manifeste pour une recherche de haut niveau en design graphique et interactif »

Ces idées ont eu comme motivation mon souhait de reprendre une recherche en design, mise en pause par plusieurs et « complexes » motifs ; mais aussi en fonction de mon expérience en tant qu’enseignant dans le domaine. J’avais compris que, en quelque sorte, je ne collaborais pas non plus à la création d’un contexte favorable à la recherche, une des raisons qui m’ont fait suspendre ma thèse.

Je suis, donc, content d’intégrer ce groupe avec qui je partage des objectifs similaires pour collaborer et apprendre avec eux.

* * *

Le manifeste se diffuse à travers une affiche (ci-dessous) et un article qui trace un historique récent dans la recherche du design graphique/interactif et détaille chacune de ses dix propositions.

Affiche du Manifeste pour une recherche de haut niveau en design graphique et interactif