HACKERS : la fiction du virtuel

Journée d’étude organisée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Matthieu Freyheit, Université de Haute Alsace, ILLE (EA 4363)

Mulhouse, 11 avril 2014

 

De nombreux chercheurs en Humanités Numériques interrogent aujourd’hui les différentes influences des technologies liées au cyberespace sur nos usages du monde et nos rapports aux autres comme à soi. Nos pratiques de lecture ne sont pas épargnées, et le discours commun est le plus souvent alarmiste. Milad Doueihi calme cependant les esprits en scindant deux savoir-lire distincts et non exclusifs : « Lire en ligne n’est pas la même chose que lire un livre : les deux opérations sont radicalement différentes. […] la compétence numérique est une compétence autonome, qu’il ne faut pas nécessairement lier au savoir-lire de la culture imprimée et à ses institutions1». Il reste que la littérature demeure victime, dans les esprits, de cette nouvelle culture numérique, au même titre qu’un monde tout entier livré en pâture à d’étranges wizzards, cow-boys et autres brigands de grands chemins numériques : les hackers.

Yannick Chatelain et Loïck Roche2 voient dans ces figures l’avènement – parfois fantasmé – d’un cinquième pouvoir angoissant : notre monde appartient-il aux hackers ? Influences politiques, économiques, sociales et culturelles, le hacker semble capable de tout dans un monde qu’il pénètre et domine depuis l’ombre éclairante de son écran. Héros de la libération technologique, les hackers ont, sous leurs diverses formes, fait du chemin dans l’imaginaire collectif qui les saisit à son tour dans une pluralité d’objets. Leur portée littéraire reste pourtant à interroger. Ces héros immobiles ont bien leur place dans la production romanesque : de la culture cyberpunk au roman policier en passant par la littérature de jeunesse, la cyberaventure augmente peu à peu sa bibliothèque. Mais si le hacker influence notre monde et son devenir, sa mise en littérature l’influence-t-elle à son tour ? La mise en roman ou en film du hacker constitue-t-elle une tentative de reprise du pouvoir en opposant la fiction au virtuel ?

Cette journée d’étude propose de remettre l’objet fictionnel au centre du débat, et d’interroger les manières dont nous nous saisissons du hacker pour le comprendre, l’interroger, l’admirer, le craindre… Piratage, hacking, hacktivisme, cracking : comment la fiction s’empare-t-elle des visages démultipliés de ce nouvel acteur social ? À titre d’exemple, la mise en avant de héros adolescents pour une histoire adolescente mérite d’être interrogée, notamment au sein d’une littérature de jeunesse présente sur le sujet. De la même manière, les problématiques de genre questionnent les représentations masculin/féminin des usages numériques. Les motifs de la cybercriminalité, du pouvoir technologique et du risque numérique enregistrent quant à elles les terreurs virtuelles que les hackers nous imposent, tandis que ceux de la révolte et de la résistance convoquent l’idée d’une libération par le numérique. Par ailleurs, les problématiques d’identité virtuelle et de devenir-numérique interrogent la position numérique de l’individu mis en situation de développer des compétences nouvelles, et de nouvelles faiblesses. Dans un retour primitif de la proie et du chasseur, le hacker réalise une ouverture des champs de l’aventure, et impose de définir le rôle et l’agencement de la fiction dans la relation du réel au virtuel.

Littérature comparée, littérature de jeunesse, bande dessinée, cinéma, et autres : les organisateurs accueillent les propositions de tous les champs d’étude de la création fictionnelle.

Les propositions, longues d’une vingtaine de lignes environ, accompagnées d’une bibliographie indicative ainsi que d’une courte présentation bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard le 30 septembre 2013 aux deux adresses suivantes :

frédérique.toudoire@free.fr

matthieu.freyheit@gmail.com

Une publication est envisagée aux éditions Orizons.

 

1. Milad Douehi, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2011, p.50-55.

2. Yannick Chatelain, Loïck Roche, Hackers! Le cinquième pouvoir: qui sont les pirates de l’internet?, Paris, Maxima, 2002.

 

 

 

Adresse : 10 rue des Frères Lumière, 68093 Mulhouse Cedex

Manifestement

Toute sorte de mise en exposition peut engendrer les plus diverses occasions, rencontres.

Ma toute récente association à ce groupe de jeunes chercheurs, que je méconnaissais jusqu’alors, a été créée par la manifestation de mon point de vue sur la recherche en design, à travers la publication d’un :

« Manifeste pour une recherche de haut niveau en design graphique et interactif »

Ces idées ont eu comme motivation mon souhait de reprendre une recherche en design, mise en pause par plusieurs et « complexes » motifs ; mais aussi en fonction de mon expérience en tant qu’enseignant dans le domaine. J’avais compris que, en quelque sorte, je ne collaborais pas non plus à la création d’un contexte favorable à la recherche, une des raisons qui m’ont fait suspendre ma thèse.

Je suis, donc, content d’intégrer ce groupe avec qui je partage des objectifs similaires pour collaborer et apprendre avec eux.

* * *

Le manifeste se diffuse à travers une affiche (ci-dessous) et un article qui trace un historique récent dans la recherche du design graphique/interactif et détaille chacune de ses dix propositions.

Affiche du Manifeste pour une recherche de haut niveau en design graphique et interactif

L’audiovisuel et les nouvelles technologies – Journée d’étude à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Mercredi 15 mai prochain, une journée d’étude sera organisée à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle autour de la question « Critique et nouvelles technologies ». L’événement est organisé par les étudiants en Master 1 « Études cinématographiques et audiovisuelles » de l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Plus précisément, par les étudiants du cours de Mme Kira Kitsopanidou « Nouveaux métiers, nouveaux marchés, nouvelles pratiques ».

Cette journée s’articulera autour de deux tables rondes:

La table ronde n°1 sera l’occasion d’étudier avec des professionnels dans quelles mesures les nouvelles technologies ont pu ou peuvent encore transformer les enjeux de la « critique de cinéma et du jeu vidéo ». Comment se réactualise aujourd’hui la question des rôles de la critique vis-à-vis de ceux qui la reçoivent ? Les nouvelles technologies permettent-elles une plus grande diversité des approches et des œuvres mises en avant, et cette diversité va-t-elle de paire avec une vraie visibilité ? Qu’en est-il de l’indépendance des critiques ? Enfin comment ces nouveaux médias se positionnent-ils vis-à-vis des supports traditionnels ?À travers ces questions, nous essaierons de savoir si les nouvelles technologies entraînent réellement une innovation dans le champ de la critique de cinéma et du jeu vidéo.

 La problématique de la table ronde n°2 traitera d’un sujet audacieux : la pornographie 2.0. La discussion s’opérera principalement autour de questions économiques et sociologiques liant pornographie et numérique. Les principales question abordées tourneront autour de la visibilité offerte à la pornographie par le numérique (autopromotion, autodiffusion) et par conséquent de la réduction de la barrière amateur/professionnel, des droits d’auteurs, de l’offre et de la demande dans le milieu et des réactions des acteurs historiques face à ces évolutions. Seront aussi abordées des approches participatives de la pornographie à l’heure du numérique : simple opération de communication ou véritable business model ? Est-ce le signe d’une libération de la pensée collective à l’image de Canal+ et Arte, n’hésitant pas à lancer des séries autour de l’industrie pornographique ?

 

Toutes les informations sur la journée ainsi que le programme complet sont disponibles sur le site de l’évènement:

http://www.audiovisueletnouvellestechnologies.fr.nf/

Société des Arts Technologiques – Présentation publique de Stéphan Hyronde

b-1

 

Accueilli dans le programme des résidences de la SAT depuis septembre 2012, l’artiste et chercheur Stéphan Hyronde développe le projet kénosis, ancré dans les champs de l’écriture et de l’art numériques. Ces dernières années, il a orienté son travail artistique autour des formes textuelles appliquées au support écranique et génératif, en explorant les possibilités dynamiques, figurales et sémantiques, sonores et vocales, offertes par ce médium.

Parallèlement à cette production artistique, Stéphan Hyronde mène également un travail approfondi de recherche théorique, portant sur les problématiques présentes dans ce type d’œuvres, au croisement de la littérature et la poésie numériques, du courant conceptuel ou néo-conceptuel, et enfin de l’art numérique et de l’installation. Il se consacre ainsi, depuis un an et demie, à un Doctorat en Études et Pratiques des arts, en cotutelle entre l’UQAM à Montréal et l’Université Paris 8, en France, ponctuant ses recherches de plusieurs interventions en colloques.

V

Après avoir suivi une formation vidéo à la SAT, Stéphan Hyronde a présenté une preuve de concept de 4 minutes dans la Satosphère en octobre 2012. Par la suite, il se rend en France en novembre pour réaliser, avec un appareil photo numérique, une captation sphérique à 360 degrés. Stéphan Hyronde travaille actuellement en collaboration avec l’équipe du Labodôme de la SAT afin de développer une application Ipad interactive.

 

projet

 

http://www.sat.qc.ca/fr/evenements/presentation-publique-stephan-hyronde