HACKERS : la fiction du virtuel

Journée d’étude organisée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Matthieu Freyheit, Université de Haute Alsace, ILLE (EA 4363)

Mulhouse, 11 avril 2014

 

De nombreux chercheurs en Humanités Numériques interrogent aujourd’hui les différentes influences des technologies liées au cyberespace sur nos usages du monde et nos rapports aux autres comme à soi. Nos pratiques de lecture ne sont pas épargnées, et le discours commun est le plus souvent alarmiste. Milad Doueihi calme cependant les esprits en scindant deux savoir-lire distincts et non exclusifs : « Lire en ligne n’est pas la même chose que lire un livre : les deux opérations sont radicalement différentes. […] la compétence numérique est une compétence autonome, qu’il ne faut pas nécessairement lier au savoir-lire de la culture imprimée et à ses institutions1». Il reste que la littérature demeure victime, dans les esprits, de cette nouvelle culture numérique, au même titre qu’un monde tout entier livré en pâture à d’étranges wizzards, cow-boys et autres brigands de grands chemins numériques : les hackers.

Yannick Chatelain et Loïck Roche2 voient dans ces figures l’avènement – parfois fantasmé – d’un cinquième pouvoir angoissant : notre monde appartient-il aux hackers ? Influences politiques, économiques, sociales et culturelles, le hacker semble capable de tout dans un monde qu’il pénètre et domine depuis l’ombre éclairante de son écran. Héros de la libération technologique, les hackers ont, sous leurs diverses formes, fait du chemin dans l’imaginaire collectif qui les saisit à son tour dans une pluralité d’objets. Leur portée littéraire reste pourtant à interroger. Ces héros immobiles ont bien leur place dans la production romanesque : de la culture cyberpunk au roman policier en passant par la littérature de jeunesse, la cyberaventure augmente peu à peu sa bibliothèque. Mais si le hacker influence notre monde et son devenir, sa mise en littérature l’influence-t-elle à son tour ? La mise en roman ou en film du hacker constitue-t-elle une tentative de reprise du pouvoir en opposant la fiction au virtuel ?

Cette journée d’étude propose de remettre l’objet fictionnel au centre du débat, et d’interroger les manières dont nous nous saisissons du hacker pour le comprendre, l’interroger, l’admirer, le craindre… Piratage, hacking, hacktivisme, cracking : comment la fiction s’empare-t-elle des visages démultipliés de ce nouvel acteur social ? À titre d’exemple, la mise en avant de héros adolescents pour une histoire adolescente mérite d’être interrogée, notamment au sein d’une littérature de jeunesse présente sur le sujet. De la même manière, les problématiques de genre questionnent les représentations masculin/féminin des usages numériques. Les motifs de la cybercriminalité, du pouvoir technologique et du risque numérique enregistrent quant à elles les terreurs virtuelles que les hackers nous imposent, tandis que ceux de la révolte et de la résistance convoquent l’idée d’une libération par le numérique. Par ailleurs, les problématiques d’identité virtuelle et de devenir-numérique interrogent la position numérique de l’individu mis en situation de développer des compétences nouvelles, et de nouvelles faiblesses. Dans un retour primitif de la proie et du chasseur, le hacker réalise une ouverture des champs de l’aventure, et impose de définir le rôle et l’agencement de la fiction dans la relation du réel au virtuel.

Littérature comparée, littérature de jeunesse, bande dessinée, cinéma, et autres : les organisateurs accueillent les propositions de tous les champs d’étude de la création fictionnelle.

Les propositions, longues d’une vingtaine de lignes environ, accompagnées d’une bibliographie indicative ainsi que d’une courte présentation bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard le 30 septembre 2013 aux deux adresses suivantes :

frédérique.toudoire@free.fr

matthieu.freyheit@gmail.com

Une publication est envisagée aux éditions Orizons.

 

1. Milad Douehi, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2011, p.50-55.

2. Yannick Chatelain, Loïck Roche, Hackers! Le cinquième pouvoir: qui sont les pirates de l’internet?, Paris, Maxima, 2002.

 

 

 

Adresse : 10 rue des Frères Lumière, 68093 Mulhouse Cedex

Manifestement

Toute sorte de mise en exposition peut engendrer les plus diverses occasions, rencontres.

Ma toute récente association à ce groupe de jeunes chercheurs, que je méconnaissais jusqu’alors, a été créée par la manifestation de mon point de vue sur la recherche en design, à travers la publication d’un :

« Manifeste pour une recherche de haut niveau en design graphique et interactif »

Ces idées ont eu comme motivation mon souhait de reprendre une recherche en design, mise en pause par plusieurs et « complexes » motifs ; mais aussi en fonction de mon expérience en tant qu’enseignant dans le domaine. J’avais compris que, en quelque sorte, je ne collaborais pas non plus à la création d’un contexte favorable à la recherche, une des raisons qui m’ont fait suspendre ma thèse.

Je suis, donc, content d’intégrer ce groupe avec qui je partage des objectifs similaires pour collaborer et apprendre avec eux.

* * *

Le manifeste se diffuse à travers une affiche (ci-dessous) et un article qui trace un historique récent dans la recherche du design graphique/interactif et détaille chacune de ses dix propositions.

Affiche du Manifeste pour une recherche de haut niveau en design graphique et interactif

Images de synthèse et photographies en architecture : Réalité, réalisme, fiction ?

Images de synthèse et photographies en architecture

Réalité, réalisme, fiction ?

Mercredi 05 juin 2013 à 19h00

Peruri 88 / Vertical Jakarta, MVRDV, 2012 © RSI StudioJusqu’à un passé récent, une frontière nette séparait les représentations du projet d’architecture et celles des édifices construits : d’un côté, le dessin, et de l’autre, la photographie. Cet écart entre l’idée et la réalité tend désormais à être aboli par les technologies informatiques.
Perspectivistes ou graphistes créent des images dites « de synthèse » – à l’occasion de concours, le plus souvent – avec un degré de réalisme tel qu’il devient difficile de distinguer les bâtiments existants de leur image rêvée. De leur côté, les photographes d’architecture, effectuant les reportages des bâtiments construits, utilisent des techniques numériques qui facilitent la retouche : dès lors, comment déterminer le moment de bascule où la prise de vue, prétendant à une certaine objectivité, laisse la place à une sorte d’arrangement du réel ?

La table ronde réunira ces deux professions qui, chacune, utilisent des outils relevant du domaine de la photographie, même lorsqu’ils sont virtuels. Le point de vue de chercheurs, spécialistes de la culture visuelle et des images numériques, permettra de prendre une distance sur ces questions. La projection de ces images, rarement regardées en tant que telles, s’attachera à expliquer leur « fabrication » et à observer ce qui sépare encore les images virtuelles de celles prises « sur le motif ».  En filigrane, les unes et les autres interrogent sur les fictions et les artifices qu’il convient d’utiliser pour donner de l’architecture une vision « réaliste ».

Intervenants

Hervé Abbadie, photographe

Éric Anton
(Artefactorylab), réalisateur d’images en architecture

Luc Boegly
, photographe

Jean-François Coulais
, géographe, enseignant à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, chercheur à l’Ipraus (Institut parisien de recherche architecture urbanistique société)

André Gunthert
, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales, directeur du laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic)

Gaël Nys
(RSI Studio), perspectiviste

Marie-Madeleine Ozdoba
, architecte, chercheuse au Lhivic

Catherine Simonet
(Loukat), perspectiviste

 

Information initialement publiée sur le site de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

 

France Design, liste de diffusion nationale de la recherche en design.

France Design, liste de diffusion ou mailing list, a pour ambition de faciliter la communication, le partage d’informations et l’échange d’idées entre enseignants-chercheurs, chercheurs, docteurs, doctorants, enseignants et tous ceux qui, dans leur établissement, leur association, leur entreprise, se reconnaissent comme chercheurs en design, quel que soit leur cadre institutionnel, leur champ disciplinaire ou leur secteur professionnel. L’adresse e-mail de la liste est : france-design@listes.univ-paris1.fr

Objectifs

Inspirée de la liste PHD-Design, qui compte environ 1500 abonnés à travers le monde, la liste France Design se donne pour objectifs principaux de :

  • fédérer le réseau francophone des chercheurs en design, quelle que soit leur organisation d’appartenance ou leur méthodologie scientifique, dans le respect des diverses sensibilités créatives ;
  • permettre une meilleure diffusion de l’actualité de la recherche en design, chaque personne inscrite pouvant librement annoncer des colloques ou des publications, des appels à communication ou des appels à projet, des séminaires ou des workshops, des conférences ou des expositions, des événements, etc. ;
  • permettre une meilleure diffusion et circulation des travaux de recherche, achevés ou en cours, chaque personne inscrite pouvant diffuser librement des articles de recherche, des liens vers des articles de blogs, des résultats d’enquête ou d’études de terrain, des rapports ou des données utiles, ou tout autre document profitable à la communauté ;
  • faciliter les coopérations entre les chercheurs, encore trop souvent isolés, mais aussi entre les chercheurs et les professionnels, les institutions, les partenaires privés ;
  • favoriser les synergies et le développement de projets entre les écoles et les universités, à tous les niveaux d’enseignement.

Fonctionnement

L’abonnement à la liste se fait exclusivement en ligne, individuellement, à l’adresse suivante : https://listes.univ-paris1.fr/wws/subscribe/france-design (ou bien en cliquant sur le bouton « S’abonner » en haut à droite de cette page). Les messages ne sont pas modérés, en vue de favoriser des échanges libres et ouverts. Ils ne sont pas publics mais accessibles seulement aux abonnés. Attention, on ne reçoit jamais un message que l’on a envoyé ; en outre, lorsque vous répondez à un message de la liste, vous répondez par défaut à tout le monde, sauf si vous changez manuellement le destinataire de votre e-mail.

Comité scientifique

Brigitte Borja de Mozota (Université Paris Ouest Nanterre), Bernard Darras (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Alain Findeli (Université de Nîmes).

Crédits

Créée et gérée par Stéphane Vial sous la responsabilité de Bernard Darras, France Design est hébergée par le Service de listes de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et rattachée à l’équipe de recherche Sémiotique des Arts et du Design de l’Institut ACTE (UMR 8218).

Pour toute question concernant cette liste, reportez-vous à l’aide en ligne ou bien envoyez un message au gestionnaire.

Société des Arts Technologiques – Présentation publique de Stéphan Hyronde

b-1

 

Accueilli dans le programme des résidences de la SAT depuis septembre 2012, l’artiste et chercheur Stéphan Hyronde développe le projet kénosis, ancré dans les champs de l’écriture et de l’art numériques. Ces dernières années, il a orienté son travail artistique autour des formes textuelles appliquées au support écranique et génératif, en explorant les possibilités dynamiques, figurales et sémantiques, sonores et vocales, offertes par ce médium.

Parallèlement à cette production artistique, Stéphan Hyronde mène également un travail approfondi de recherche théorique, portant sur les problématiques présentes dans ce type d’œuvres, au croisement de la littérature et la poésie numériques, du courant conceptuel ou néo-conceptuel, et enfin de l’art numérique et de l’installation. Il se consacre ainsi, depuis un an et demie, à un Doctorat en Études et Pratiques des arts, en cotutelle entre l’UQAM à Montréal et l’Université Paris 8, en France, ponctuant ses recherches de plusieurs interventions en colloques.

V

Après avoir suivi une formation vidéo à la SAT, Stéphan Hyronde a présenté une preuve de concept de 4 minutes dans la Satosphère en octobre 2012. Par la suite, il se rend en France en novembre pour réaliser, avec un appareil photo numérique, une captation sphérique à 360 degrés. Stéphan Hyronde travaille actuellement en collaboration avec l’équipe du Labodôme de la SAT afin de développer une application Ipad interactive.

 

projet

 

http://www.sat.qc.ca/fr/evenements/presentation-publique-stephan-hyronde

 

30 ans du Collège International de Philosophie

En 2013, le Collège international de Philosophie fête ses 30 ans.

A cette occasion, une série de conférences, débats, lectures, représentations théâtrales… Gratuits, auront lieu du 1er au 16 juin prochain: http://30ansciph.org/

Cet évènement est également l’occasion de la sortie d' »Intersection »:

Intersections - CIPH

“Intersections” en résumé, c’est 59 philosophes, 161 pages, 84 photos, 74 documents d’archives, 35 vidéos et 1 frise chronologique 3D*. Dans ce livre interactif, cinquante neuf auteurs dessinent un portrait de la philosophie contemporaine, dans ses croisements avec la politique, la littérature, l’éducation, les sciences ou l’art, et une histoire des événements qui, ces trente dernières années, ont contraint la pensée à s’exercer autrement. Ponctué d’archives sonores, Intersections fait dialoguer les philosophes d’aujourd’hui avec les interventions qui ont marqué trois décennies de recherches au Collège, et donne à entendre les voix de Jacques Derrida, Alain Badiou, Jacques Rancière, Corinne Enaudeau…

 

http://30ansciph.org/

http://ciph.org/