L’audiovisuel et les nouvelles technologies – Journée d’étude à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Mercredi 15 mai prochain, une journée d’étude sera organisée à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle autour de la question « Critique et nouvelles technologies ». L’événement est organisé par les étudiants en Master 1 « Études cinématographiques et audiovisuelles » de l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Plus précisément, par les étudiants du cours de Mme Kira Kitsopanidou « Nouveaux métiers, nouveaux marchés, nouvelles pratiques ».

Cette journée s’articulera autour de deux tables rondes:

La table ronde n°1 sera l’occasion d’étudier avec des professionnels dans quelles mesures les nouvelles technologies ont pu ou peuvent encore transformer les enjeux de la « critique de cinéma et du jeu vidéo ». Comment se réactualise aujourd’hui la question des rôles de la critique vis-à-vis de ceux qui la reçoivent ? Les nouvelles technologies permettent-elles une plus grande diversité des approches et des œuvres mises en avant, et cette diversité va-t-elle de paire avec une vraie visibilité ? Qu’en est-il de l’indépendance des critiques ? Enfin comment ces nouveaux médias se positionnent-ils vis-à-vis des supports traditionnels ?À travers ces questions, nous essaierons de savoir si les nouvelles technologies entraînent réellement une innovation dans le champ de la critique de cinéma et du jeu vidéo.

 La problématique de la table ronde n°2 traitera d’un sujet audacieux : la pornographie 2.0. La discussion s’opérera principalement autour de questions économiques et sociologiques liant pornographie et numérique. Les principales question abordées tourneront autour de la visibilité offerte à la pornographie par le numérique (autopromotion, autodiffusion) et par conséquent de la réduction de la barrière amateur/professionnel, des droits d’auteurs, de l’offre et de la demande dans le milieu et des réactions des acteurs historiques face à ces évolutions. Seront aussi abordées des approches participatives de la pornographie à l’heure du numérique : simple opération de communication ou véritable business model ? Est-ce le signe d’une libération de la pensée collective à l’image de Canal+ et Arte, n’hésitant pas à lancer des séries autour de l’industrie pornographique ?

 

Toutes les informations sur la journée ainsi que le programme complet sont disponibles sur le site de l’évènement:

http://www.audiovisueletnouvellestechnologies.fr.nf/

Société des Arts Technologiques – Présentation publique de Stéphan Hyronde

b-1

 

Accueilli dans le programme des résidences de la SAT depuis septembre 2012, l’artiste et chercheur Stéphan Hyronde développe le projet kénosis, ancré dans les champs de l’écriture et de l’art numériques. Ces dernières années, il a orienté son travail artistique autour des formes textuelles appliquées au support écranique et génératif, en explorant les possibilités dynamiques, figurales et sémantiques, sonores et vocales, offertes par ce médium.

Parallèlement à cette production artistique, Stéphan Hyronde mène également un travail approfondi de recherche théorique, portant sur les problématiques présentes dans ce type d’œuvres, au croisement de la littérature et la poésie numériques, du courant conceptuel ou néo-conceptuel, et enfin de l’art numérique et de l’installation. Il se consacre ainsi, depuis un an et demie, à un Doctorat en Études et Pratiques des arts, en cotutelle entre l’UQAM à Montréal et l’Université Paris 8, en France, ponctuant ses recherches de plusieurs interventions en colloques.

V

Après avoir suivi une formation vidéo à la SAT, Stéphan Hyronde a présenté une preuve de concept de 4 minutes dans la Satosphère en octobre 2012. Par la suite, il se rend en France en novembre pour réaliser, avec un appareil photo numérique, une captation sphérique à 360 degrés. Stéphan Hyronde travaille actuellement en collaboration avec l’équipe du Labodôme de la SAT afin de développer une application Ipad interactive.

 

projet

 

http://www.sat.qc.ca/fr/evenements/presentation-publique-stephan-hyronde

 

30 ans du Collège International de Philosophie

En 2013, le Collège international de Philosophie fête ses 30 ans.

A cette occasion, une série de conférences, débats, lectures, représentations théâtrales… Gratuits, auront lieu du 1er au 16 juin prochain: http://30ansciph.org/

Cet évènement est également l’occasion de la sortie d' »Intersection »:

Intersections - CIPH

“Intersections” en résumé, c’est 59 philosophes, 161 pages, 84 photos, 74 documents d’archives, 35 vidéos et 1 frise chronologique 3D*. Dans ce livre interactif, cinquante neuf auteurs dessinent un portrait de la philosophie contemporaine, dans ses croisements avec la politique, la littérature, l’éducation, les sciences ou l’art, et une histoire des événements qui, ces trente dernières années, ont contraint la pensée à s’exercer autrement. Ponctué d’archives sonores, Intersections fait dialoguer les philosophes d’aujourd’hui avec les interventions qui ont marqué trois décennies de recherches au Collège, et donne à entendre les voix de Jacques Derrida, Alain Badiou, Jacques Rancière, Corinne Enaudeau…

 

http://30ansciph.org/

http://ciph.org/

 

 

Quand le projet nous tient à coeur : la contribution du design au développement des connaissances

81e du Congrès de l’Association francophone pour le savoir -Acfas
Ce café des arts et des sciences propose de revisiter la perception courante du design comme activité de pure création artistique et d’en rebâtir une plus juste en tant qu’activité de production de connaissances faisant appel à des savoirs scientifiques, techniques, éthiques et esthétiques. Il vise aussi à illustrer la fertilité de croiser recherche en design et recherche scientifique à travers des processus participatifs pour examiner des problèmes sociaux complexes et identifier des avenues plausibles de solutions.
Les objectifs de la journée sont ainsi :
1. de sensibiliser les chercheurs à la légitimité de la recherche en design comme mode de production des connaissances ;
2. de montrer la fertilité de croiser la recherche en design avec la recherche scientifique dans des programmes transdisciplinaires de recherche et d’action autour de défis sociaux complexes liés à l’aménagement du territoire ;
3. d’illustrer la plus value de professionnels formés en design au sein des milieux institutionnels de recherche et vice versa, de professionnels formés en recherche au sein de la pratique privée en architecture et en urbanisme, et
4. de montrer avec des exemples concrets comment le processus de design participatif, dans sa capacité à intégrer les évidences scientifiques et la participation, contribue à réduire l’écart entre chercheurs, praticiens et citoyens.
Quatre sessions thématiques s’enchainant les unes aux autres sont prévues pour rencontrer ces objectifs, à partir de courtes interventions d’invités provenant des milieux de l’enseignement de l’architecture, de l’urbanisme, de la sociologie, mais aussi de milieux institutionnels de recherche et de la pratique privée en architecture et en design urbain, ainsi que de généreuses périodes d’échanges avec l’audience. Il s’agit également d’une journée célébrant le 20e anniversaire du programme de maîtrise en design urbain de l’École d’Architecture de l’Université Laval et, plus spécifiquement, le croisement de l’enseignement du design urbain avec la consolidation de la recherche fondamentale et participative. Y sont conviés notamment tous les diplômés de ce programme ainsi que les étudiants ayant complété des mémoires ou des thèses en études urbaines.
Pour clore l’évènement, deux grandes conférences publiques : celle de Ian Bentley, professeur émérite à la Oxford Brookes University dont l’ouvrage Responsive Environments (Taylor and Francis, 1985) nourrit l’enseignement du design urbain à l’Université Laval depuis 20 ans et celle d’Alberto Magnaghi, professeur émérite à l’Université de Florence dont l’ouvrage Le projet local (Mardaga, 2003) stimule les réflexions plus récentes des professeurs impliqués dans l’enseignement de cette discipline, mais aussi les chercheurs du Groupe interdisciplinaire de recherche sur les banlieues (GIRBa).
Responsable(s)
Carole DESPRÉS Université Laval, Geneviève VACHON Université Laval

Programme complet et inscriptions: http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/81/400/38/c

Industries de la Culture et de la Communication, Industries créatives: un grand tournant ?

Colloque international organisé par l’équipe du programme ANR « Culture, création », l’Omic et la Maison des sciences de l’homme Paris Nord

les 13, 14 et 15 mai 2013
à l’Ecole nationale supérieure Louis Lumière La Cité du Cinéma – 20, rue Ampère – 93 213 La Plaine Saint-Denis

>> attention inscription obligatoire (avant le 8 mai)

>> télécharger le programme complet (pdf)

> télécharger l’affiche (pdf)

Apparu à la fin des années 1990, le thème des industries créatives s’est depuis répandu dans les cinq continents. Ces activités sont décrites comme la solution pour résoudre les problèmes de développement économique, social, culturel, politique et même individuel, tant dans les anciens pays industriels que dans les pays émergents ou les moins avancés. À cette occasion, les industries de la culture (cinéma, audiovisuel, livre, presse et information, musique enregistrée) et de la communication (télécommunications, Web, fabrication de matériels électroniques) mais des aussi des activités tel le design, la mode, le jeu vidéo, l’artisanat d’art sont regroupées au sein d’une seule et même catégorie, les « industries créatives ». Telle est la tendance que l’on peut observer dans des discours officiels, des travaux académiques et même dans les politiques de grandes institutions internationales, gouvernements ou collectivités territoriales. Le thème des industries créatives tend depuis lors à se substituer à celui des industries culturelles. En outre, selon les promoteurs de la notion, les industries créatives constitueraient des courroies de transmission de la créativité en direction de l’ensemble de l’économie, laquelle serait alors en voie de « culturalisation », ce qui favoriserait l’émergence de l’ « économie créative ».

La notion d’industries créatives, telle qu’elle a été forgée notamment par des consultants ou experts, a déjà fait l’objet de nombreuses critiques. La volonté d’approfondir ces critiques mais aussi de construire une autre notion d’industries créatives, cette fois-ci pensée en lien avec les théories critiques des industries culturelles, a rassemblé depuis 2009 un collectif de chercheurs au sein du programme ANR « Culture, création ». L’objectif central du colloque international « Industries de la culture et de la communication, industries créatives : un grand tournant ? » est de présenter les résultats de cette recherche et d’inviter un ensemble de spécialistes étrangers et français à les discuter.
Les perspectives en termes d’industries créatives permettent-elles de penser les transformations au sein des filières industrielles concernées ainsi que les relations nouvelles qui se tissent entre elles ? Les produits incorporant de la création jouent-ils un rôle particulier, voire central, dans ces transformations ? Ce rôle justifie-t-il la référence à la notion d’industries créatives ? Les modalités de fonctionnement de ces diverses filières sont-elles en cours de rapprochement ? Ces activités industrielles, toutes plus ou moins impliquées dans des produits de création, présentent-elles suffisamment de spécificités socio-économiques communes dont pourrait rendre compte une théorie critique des industries créatives ? De même, des enjeux territoriaux, de politiques publiques ainsi que des enjeux sociétaux et idéologiques sont-ils transversaux à l’ensemble des activités placées au sein des industries créatives ? En somme, est-il justifié de considérer que des activités relevant des industries de la culture, des industries de la communication, mais aussi la mode, le design, la création publicitaire, l’architecture, etc. peuvent être regroupés au sein d’une même catégorie, les industries créatives ? Et, dans l’affirmative, quelles sont les modalités particulières d’industrialisation et de marchandisation à l’œuvre au sein de ces industries ?
L’ampleur des questionnements soulevés et, parfois, leur caractère encore peu abordé dans les travaux académiques, suppose de croiser les regards disciplinaires et les différents points de vue nationaux. Aussi, les chercheurs rassemblés dans cette manifestation, étrangers et français, appartiennent-ils à différentes disciplines, dont les sciences de la communication, l’économie, la sociologie, la gestion, la science politique, la géographie. Des responsables et décideurs publics et privés apporteront également leur contribution.
Les débats se dérouleront en quatre temps :
Genèse et déclinaisons de la notion d’industries créatives :
Seront examinées les origines politiques et théoriques des notions d’industries créatives et d’économie créative. Les liens, les complémentarités et les oppositions avec d’autres ensembles théoriques, par exemple les théories des industries culturelles ou celles de l’innovation, seront étudiés, tout comme les rapports avec des propositions qui ont été très présentes en particulier dans les discours officiels (société de l’information, société de la connaissance, etc.) Les grandes orientations politiques, économiques, culturelles et sociales liées aux notions d’industries et d’économies créatives seront aussi analysées. De même, seront au cœur des travaux de ce premier panel les déclinaisons géographiques de ces notions depuis qu’elles ont dépassé les frontières britanniques et ont été reprises par des organisations internationales, supranationales, des gouvernements, des collectivités locales, des institutions statistiques, des acteurs socio-économiques à travers le monde.
Filières industrielles et stratégies d’acteurs :
Les stratégies d’acteurs dans nombre des domaines concernés seront étudiées afin d’identifier les similitudes ou différences entre les filières, les articulations entre acteurs de filières différentes, les rapports de force nouveaux qui en découlent, la place des produits de création dans ces relations. Quelle est l’importance stratégique des produits de création et de quels mécanismes d’allocation des ressources peuvent-ils bénéficier ? Des mises en perspective contrastive pourront ainsi être produites entre, d’une part, des acteurs tel Apple, Google, Amazon, et leurs stratégies en direction des plateformes, matériels des services et, d’autre part, des acteurs en apparence moins « industrialisés », comme les acteurs des filières de l’artisanat (d’art) par exemple.
Politiques publiques : incitations, réglementations et enjeux territoriaux :
De quelles orientations de politique publique sont porteuses les notions d’industries et d’économie créatives ? Apportent-elles des changements radicaux par rapport aux politiques en direction de la culture et des industries culturelles ? Conduisent-elles à un rapprochement par rapport aux politiques industrielles générales ? Les thèmes des industries et de l’économie créatives amènent-ils à considérer sous un jour nouveau certaines questions politiques plus anciennes, en particulier la flexibilité du travail et les droits de la propriété intellectuelle ? Par ailleurs, quelles logiques territoriales accompagnent les propositions en termes d’industries créatives ? Les développements de ces industries conduisent-ils à une nouvelle division internationale du travail ? Les promesses d’ancrage territorial sont-elles effectives ? Quelles politiques de développement local se construisent-elles et comment s’y situent les unes par rapport aux autres les activités proches de la culture, du tourisme et d’autres plus proches des technologies d’information et de communication ?
Modèles en question :
Finalement quels modèles d’analyse se dessinent ? Comment repenser les modèles socio-économiques ? Une approche critique des industries créatives permet-elle de penser la diversité des dimensions (économique, politique, d’usage, culturelle) de ces activités ?
http://icrea2013.sciencesconf.org/